lundi 16 juillet 2018

La petite casserole d'Anatole - Isabelle Carrier

Les albums à "messages" pour petits me laissent souvent un peu perplexe.
Faut-il les laisser entre leurs mains y voir ce qu'ils veulent.
Faut-il leur expliquer ? Ici à quoi correspond la casserole ?
Il me semble qu'un enfant va la prendre au premier degré non ?
Qu'en faites-vous ?

J'étais vraiment curieuse de découvrir cet album, après avoir vu les nombreux commentaires, les prix et les adaptations.

Je l'ai lu en sachant d'entrée qu'il s'agissait d'une métaphore autour du handicap, à la fois pour en avoir beaucoup entendu parler, et parce que je connais l'expression traîner des casseroles ; contrairement aux enfants.

C'est un joli album, au trait tout simple et au texte court.
Ne sachant toujours pas après lecture ce que je devais en faire, je l'ai simplement fait passer à mes petits-enfants, sans commentaires préalables.
Aucun succès ni réaction.
Le petit (6 ans) a qui je demandais s'il l'a lu, m'a juste dit mouais ... et n'a pas eu l'air de voir l'intérêt.
La grande (10 ans) a eu presque la même réaction. Oui je l'ai lu, non je n'ai pas compris pourquoi il traîne une casserole. Non je n’ai pas vraiment été intéressée.

Je vois dans les commentaires que non seulement les adultes le trouvent bien mais qu'il est aussi apprécié par les enfants.
Fallait-il que je leur explique avant quelle est la métaphore ?
Je m'interroge toujours (et je suis une fois de plus totalement à contre-courant :-/  )
Peut-être faut-il leur laisser à portée, et au bout de plusieurs lectures ça pourra faire tilt dans leur vie quotidienne ?
Sauf que je sais qu'ils ne le rouvriront pas d’eux-mêmes.

Extraits :

Anatole traîne toujours
derrière lui sa petite casserole.
Elle lui est tombée
dessus un jour...
on ne sait pas
très bien pourquoi.
À cause de cette petite
casserole, Anatole n'est plus
tout à fait comme les autres.

***
Il a plein de qualités.
Mais souvent, les gens
ne voient que cette petite
casserole qu'il traîne partout.
Ils trouvent ça bizarre...
... et même inquiétant.

***
Peu de gens
réalisent qu'Anatole
doit faire deux fois plus
d'efforts que les autres
pour y arriver.
Et quand il n'y arrive pas,
ça le met terriblement 
en colère.
Alors il crie.
Ou il dit des gros mots,
ou même, parfois,
il donne des coups...
... et, bien sûr, il se fait gronder.


Bilboquet 2009
Format : 26 x 19 cm - 30 pages (np)
Résumé Babelio

jeudi 12 juillet 2018

Avec des Si et des Peut-être - Carène Ponte

Quelle belle façon de se poser tout en douceur des questions sur sa vie et ses propres choix.
Un roman comme je les aime ! Léger, plutôt  feel good, facile et agréable à lire. Et en même temps, qui nous fait réfléchir à la vie, pourquoi sommes-nous ce que nous sommes, aurions nous pu changer, et serait-ce vraiment une bonne idée de suivre d'autres chemins, même si on en  rêve.

Ça commence très tranquillement, comme un gentil roman un peu Chick Litt, et je me demandais si j'allais me reconnaître dans ces personnages si loin de moi.
Maxine est prof de français, pour des élèves forcément peu motivés par Flaubert (entre autres !). Elle vit en colocation, a pas mal de points positifs dans sa vie, qu'elle n'apprécie pas toujours à leur juste valeur (comme tout le monde ou presque) et quelques négatifs qui lui semblent insurmontables.
Plus une belle habitude de se demander ce qu'aurait été sa vie, si elle avait pris un autre chemin.

Quand soudain .... cette vie plutôt tranquille dérape, sans que pour ma part je l'ai vu venir.
Et c'est extrêmement intéressant.
Peut-on revenir en arrière ? Et tout ce qu'on regrette de ne pas avoir vaut-il de lâcher ce qu'on a ?

Je ne suis pas du genre à me demander sans cesse ce qui serait arrivé Si ... Je me pose beaucoup de questions avant les décisions, beaucoup moins après. Mais cette réflexion sur ce qu'on perd en gagnant autre chose m'a séduite.

J'ai beaucoup aimé le thème, les personnages, la drôlerie de certaines situations, l'humour toujours présent mais aussi l'émotion. Les retournements de situation.
J'ai été amusée par la mise en abyme et les personnages inattendus, comme Gilbert Musso, et Michel Afond.
Quelques références me sont étrangères (vue ma nullité en matière cinématographique et musicale)
Mais j'ai bien apprécié la cohérence de l'ensemble, pas toujours évident quand on bascule dans un "presque fantastique tout à fait quotidien" de garder une ligne cohérente et logique.

Je n'ai pas lu les romans précédents de Carène Ponte et même s'il y est parfois fait allusion, et si on retrouve ici certains personnages, ce n'est absolument pas gênant. Mais ça donne grande envie de les découvrir aussi.

Une vraie lecture plaisir, qui fait réfléchir.

Une bien jolie chronique de Ramettes sur ce roman, ici

Extraits :

Réécrire sa vie, c'est aussi prendre le risque de modifier des choses auxquelles on tient.

***
... sous le regard angélique d'une enfant de quatre ans peut se cacher un être maléfique, comme une sorte de croisement entre le petit chaperon rouge et Voldemort.

***
Je l'écouterais des heures lire des histoires à ses poupées : "C'est l'histoire d'une princesse. Et tout d'un seul coup, la princesse, elle est perdue dans la forêt. Et tout d'un seul coup, il y a le prince qui arrive. Voilà, c'est fini les bébés, maintenant, faut faire dodo."

***
... avec mon invité, l'écrivain Gilbert Musso qui publie son premier roman au titre énigmatique Avec des si et des peut-être.

***
Est-ce que les choses qui nous arrivent sont liées au hasard ? Ou est-ce qu'elles nous arriveront de toute façon, quels que soient nos choix ?

***
Avec des si et des peut-être...
En voilà une bonne idée de roman.
J'aurais aimé l'avoir !


Éditeur : Michel Lafon 24/05/2018
374 pages - 18.95 €
Résumé Babelio



samedi 7 juillet 2018

Le crayon magique de Malala - Malala Yousafzai

Un très bel album, tant par son contenu que par sa forme.
Il commence comme un conte (si j'avais un crayon magique, je ....) et se continue avec l'histoire vraie de Malala, héroïne pakistanaise de la lutte pour le droit des femmes, et le droit à l'éducation.
Une belle histoire donc, très joliment mise en images.
Tout ce qui est imaginé apparaît en trait doré. D'où d'entrée une couverture attirante, et pareil pour l'intérieur.
Les autres illustrations sont simples, belles et parlantes, sans violence cependant.
Avec une écriture simple aussi, cet album est abordable par les plus jeunes, mais intéressant pour tous.
Raconté à la première personne par Malala elle-même, ce texte est universel, intemporel et essentiel, sans précisions de lieu ni de date.
Mais à la fin, une double page précise bien le contexte, une partie rédigée par Malala, l'autre donnant les points essentiels de sa jeune vie.
Un album indispensable pour tous.

Extraits :

Un enfant, un professeur, 
un livre et un crayon 
peuvent changer le monde







Autrice  : Malala Yousafzai (Prix Nobel de la paix 2014, à 17 ans)
Adaptation française  : Sophie Koechlin
Illustré par Kerascoët
Titre original : Malala's Magic Pencil (2017)
Editeur : Gautier-Languereau (2017)
Format : 24 x 30 cm ; 48 p (np)
Résumé Babelio

vendredi 6 juillet 2018

Castor-Têtu - Jean Leroy - Audrey Poussier

Un grand album, des dessins tout simples, un petit Indien très courageux, une montagne très schématique, un mignon petit aiglon, et son papa pas mignon du tout.
Le courage bien récompensé...
Mais j'ai été frustrée par l'ingratitude de l'aigle moi !!
Je pensais vraiment qu'il allait se passer autre chose, donc un peu déçue ! Je doute que les petiots aient la même lecture que moi !
Ce ne sera pas mon Leroy préféré, mais le thème n'est pas inintéressant.

Extraits :




J'ai compris ... soupire le petit Indien.
D'ailleurs, un vrai brave doit savoir tout partager !

Ecole des Loisirs 2017
Abonnement Minimax 2016-17
25 x 23 cm
Résumé Babelio

mardi 3 juillet 2018

Alice et le carnet vert - Caroline Quine

Un petit Alice de temps en temps, ça ne peut pas faire de mal !!
Je n'arrive pas à comprendre pourquoi mes petites filles, qui ont tellement d’autres livres récents à portée de main, se régalent de cette série (tout comme des Fantômette).
Alors que Alice et ses amies sont nettement plus âgées que leurs lectrices, que les histoires ont tout de même bien vieilli, et que ça se passe dans une Amérique dont elles ne connaissent rien (même celles qui y ont habité, c'est tellement un autre monde le cadre des Alice)
Mais ça ne m’empêche pas de les lire moi aussi !!
Celui-ci est passé chez moi d’une cousine à l'autre, et j'ai été surprise car le titre ne me disait absolument rien, alors qu'on découvre rapidement que c'est celui où Alice fait la connaissance de Ned, donc logiquement un volume du début.
Vérifications faites, ce titre n'a été traduit en français qu'en 1964 (date à laquelle je ne devais plus lire d'Alice !  mais j'ai recommencé depuis !), 32 ans après sa parution et dix ans après le début de la série en France. Traduction dès le début d'une version abrégée du roman.
Et plus curieux, si dans l'édition que je viens de lire, il est clair qu'Alice rencontre Ned pour la première fois, il semblerait que dans les versions ultérieures, parues après 2000, ce ne soit plus le cas, Ned et Alice se connaissant déjà.
Ce qui a dû demander une importante réécriture, car dans celui-ci, la rencontre d'un jeune homme inconnu, qui d’abord l'inquiète un peu, occupe une certaine place. Ses amies se moquent gentiment d'Alice, la soupçonnant d'être amoureuse. Ned téléphone pour reprendre contact , etc...
Je serais curieuse de comparer les deux versions, qui doivent différer de façon importante.

Pour le reste, une aventure plutôt classique, et sympathique puisque Alice et ses amies se lancent dans leur enquête surtout pour aider une famille en grande difficulté, et rendre son papa à une charmante fillette.
Péripéties, suspens, aventures, Bess toujours un peu plus froussarde que les autres, un peu d'aide du papa avocat, c'est pratique, et happy end évidente et indispensable.
Ça se lit vite, bien, et pour moi toujours avec plaisir !

Extraits :

Dans la foule qui allait et venait sur le terrain de foire, son attention avait été attirée par une petite fille et sa mère, qui regardaient tourner les manèges avec une expression mélancolique et sans participer à la gaieté générale. Alice et ses amies avaient aussitôt deviné que la mère ne pouvait offrir à son enfant aucune de ces attractions. N'écoutant que leur coeur, elles avaient invité la petite Christine à faire plusieurs tours de manège,

***
Les trois amies prirent congé de Ned en le remerciant de son aide.
" Ne croyez pas que vous en ayez fini avec moi, cria gaiement le jeune homme. Je connais la route de River City. Ne vous étonnez pas, mesdemoiselles, si vous me voyez apparaître un de ces jours !"

***
Pourtant, je me refuse encore une fois à croire que le père de Christine puisse être un criminel. Cette petite est si mignonne, et sa mère est une femme si digne !


Auteur : Mildred Wirt Benson, sous le pseudo Caroline Quine, ou Carolyn Keene en VO (si j'en crois Wikipedia)
Illustrations de Philippe Daure
Traduit de l'américain par Anne Joba
Titre original : The Clue in the Diary (L'indice dans le carnet) 1932
Editeur Hachette jeunesse
Collection Bibliothèque Verte souple cartonnée (1998) 221 pages
Résumé Babelio


dimanche 1 juillet 2018

Une enquête qui fait vroum ! - Gérard Moncomble

Un petit polar avec des mots qui riment, amusant et original.
 J'ai déjà dit que j'aime bien cette collection de première lecture, avec ses deux rabats très pratiques :
Au début, la liste des personnages avec leur visage, et au dos, le genre d’histoire (Polar) et le lieu (Circuit automobile de Montacot)
A la fin, les mots difficiles expliqués et replacés dans la phrase. Ces mots étant surlignés en vert dans le texte.
Un texte aéré et de nombreuses illustrations.
Je ne suis toujours pas fan de celles de Christophe Merlin, mais ici, elles s’adaptent bien à l’histoire.

Des rimes, jusqu'à la lettre anonyme, des jeux de mots sur les noms. Un sabotage original sur une course de Formule 1, et le célèbre détective FFF, Félix File-Filou enquête.

Extrait :

Paul Chicane, le directeur de la course, vient aux nouvelles.
- Une attaque au poil à gratter ?
Vous plaisantez ?

Illustrations : Christophe Merlin
Editions Milan poche 2007
Collection : Benjamin (dès 6 - 7 ans)
Série : Quel mystère !
Résumé Babelio


vendredi 29 juin 2018

Les enfants d'Athéna - Évelyne Brisou-Pellen

Excellent ! Je n'aime toujours pas la mythologie, mais l'écriture d'Évelyne Brisou-Pellen rend ce roman à la fois palpitant et pédagogique.
Dès les premières lignes, on entre dans l'action, on s'inquiète pour les enfants, et on ne les quitte plus.
C'est assez noir, donc pas pour les plus jeunes, mais clairement intéressant pour les collégiens qui vont y apprendre énormément sur la vie de l'époque (Grèce, Ve siècle avant Jésus-Christ), les croyances, les différences et rivalités entre Sparte et Athènes ... Et pas que les collégiens d'ailleurs !

Mais jamais les explications ne semblent "plaquées" et didactiques, c'est toujours au fil de l'aventure qu'on apprend des tas de choses. Une vraie réussite.

Trois enfants fuient après l'assassinat de leurs parents, sans trop savoir ce qu'ils fuient, et où se réfugier. Parcours semé de dangers et de morts.
Le grand frère, qui se sent responsable de tous ; la soeur de 11 ans, mais une fille à Athènes, c'est presque rien, et pourtant, elle va faire face. Et le petit de 5 ans, que tous essaient d'épargner mais qui s'avère plus futé et utile qu'on ne croit.
De péripéties en rebondissements, on s'inquiète pour eux, on admire les qualités de chacun, et on découvre comment vivent les Athéniens, mais aussi leurs ennemis spartiates, ennemi ou ami ici ?

Extrait :

Daméas fut surpris que Néèra ait réfléchi à ce qui s'était passé chez Georgias. Ça signifiait que, bien que les filles soient moins intelligentes que les garçons, elles avaient malgré tout un certain sens de la déduction.

Le Livre de poche jeunesse 2006
Roman historique Collège 215 pages
Résumé Babelio


mardi 26 juin 2018

La guerre des épices - Florence Lamy

Un sujet intéressant, pas mal de péripéties, un personnage central sympathique. Mais, il manque le petit plus qui fait qu'on dévore un livre.
Je l'ai lu avec plaisir mais sans enthousiasme. (Peut-être trop de bons livres en ce moment ?)

J'avais beaucoup aimé de la même autrice le tome 1 du Tangram magique, L'énigme des pivoines au point de l'offrir.
Ici pas de coup de coeur, juste un roman un peu documentaire.

Benjamin, un jeune garçon très sympathique, ouvert aux "idées nouvelles" et passionné de botanique se retrouve orphelin. Après avoir quitté Paris pour Port-Louis (Île de France, à présent île Maurice) il embarque sur un bateau à destination des Moluques, pour rapporter des épices.
On comprend peu à peu que cette mission ne sera pas sans danger, les Hollandais protégeant férocement leurs plantations pour demeurer les seuls fournisseurs de ces plantes qui valent de l'or.
Batailles navales sanglantes, visites de villes exotiques, vie sur un bateau au milieu de l'Océan, amitiés, découvertes inattendues sur les personne voguant avec eux, et bien entendu les plantes, les trouver, les soigner et les surveiller pour les ramener à bon port. On y apprend aussi comment étaient traitées les populations locales. Un beau cours, d’histoire, et de géographie.
Beaucoup de sujets pour un seul roman !

Extraits :

Il en avait tant rêvé pendant le voyage ! Il avait si souvent imaginé ces rivages inconnus où la muscade et le girofle poussaient  en toute liberté. Il se voyait déjà, en compagnie de son maître, ramasser à pleines mains ces noix et ces plantes si précieuses.

***
Le jeune garçon avait encore du mal à réaliser ce qui lui arrivait. Et pourtant, depuis déjà quatre jours, il voguait sur la mer, passager d’une frégate de la Compagnie des Indes française, perdu quelque part au milieu de l’Océan Indien ! Lui qui, un an auparavant, habitait encore dans un immeuble de la rue des Saints-Pères, en plein cœur de Paris… Aurait-il pu imaginer un jour qu’il partirait vivre à des milles et des milles de cet endroit familier où il avait grandi ?

Oskar éditeur 2012
Collection Histoire Société 208 pages
Roman suivi d'un dossier documentaire
Résumé Babelio


lundi 25 juin 2018

Un anniversaire camion - Jo Hoestlandt

Un bon petit roman comme on les aime chez Petite Poche. Vu l’autrice, ce n'est pas étonnant, on est rarement déçu en lisant Jo Hoestlandt.

Stéphanie a une grand-mère chauffeur routier. D'entrée, le ton est donné, ce n'est pas une histoire banale.
Elle adore sa grand-mère, et adore son camion.
À l'approche de son dixième anniversaire, elle espère une belle surprise. Et en effet, sa grand-mère  l’emmène avec elle en Angleterre à cette occasion. Un voyage toutes les deux, dormir dans le camion, Stéphanie est ravie. Mais un brin déçue tout de même, car sa cousine a eu le même anniversaire, le lui a raconté en détails. Qu'aura-t-elle de nouveau à raconter au retour ?

Mais finalement, même si la grand-mère a fait en sorte d'éviter les jalousies en proposant les mêmes choses, l'inattendu est au rendez-vous.
Stéphanie y perdra une bonne partie de son gâteau d’anniversaire, mais elle y gagnera une belle expérience de la vie qui va la faire grandir.

Une belle histoire très facile à lire et très émouvante. À proposer à tout lecteur.

Extraits :
- C'était pareil pour Ninon, mamie ? j'ai demandé.
- Exactement ! a déclaré mamie l'air satisfait. T'as pas à être jalouse, c'était exactement pareil !
Je n'étais pas jalouse, juste un peu déçue.

***
- Tu feras pipi dans le pot de chambre, si tu as besoin, elle a dit.
C'était ce que je m'apprêtais à faire.
Mais c'est alors qu'on a entendu du bruit.
Dans la remorque.

Editeur Thierry Magnier 2007 (Réédité en 2016 dans la nouvelle présentation)
Collection Petite Poche - 42 pages
Résumé Babelio

dimanche 24 juin 2018

L'assassin à la pomme verte - Christophe Carlier

Surprenant, un polar très atypique et original.

Plusieurs narrateurs, mais sur de courts chapitres, voire des paragraphes, alors qu'habituellement, si on change de narrateur, c'est sur des parties bine plus longues.

Mais est-ce dû aux changements de narrateurs, au vocabulaire parfois recherché et un peu verbeux, je  n'ai pas réussi à m'attacher aux personnages, je suis restée un peu à l'extérieur.

Dommage car cette aventure dans un hôtel de luxe avait pas mal de choses pour me plaire.
Je n'en dirai pas plus pour ne pas dévoiler ce qui fait le sel de l'histoire.

Le changement de lieu et de rythme pour la fin de l'histoire est plutôt amusant.

Extraits :

J'ai beaucoup de commisération pour les hommes qui, s'il leur venait à l'esprit d'offrir la Joconde à leur épouse, s’entendraient répondre : Mais où veux-tu que j'accroche cette horreur ? C'est si petit chez nous !

***
L'annonce d'un crime est toujours salutaire, puisqu'elle nous rappelle à nous-mêmes que nous sommes vivants.

***
Les palaces forment une zone franche, où j'étais protégé par l'absurdité de mon acte, mon absence de liens avec la victime et l’incompétence proverbiale de la police française.

***
Craig
Chaque fois qu'elle parle de son mari, elle chantonne doucement le nom de Stefano. Combien de temps mettra-t-elle à s'apercevoir que le mien ressemble au bruit qu'on fait quand on écrase un escargot ?

Prix du Premier Roman 2012
Éditeur Feryane 2013
Collection Policier 18 (Grands Caractères) 243 pages
Résumé Babelio








samedi 23 juin 2018

Le match des dinosaures - Blandine Aubin

Une jolie petite "première lecture" pour les fans de dinos, et les autres.
C'est amusant, écrit gros, les enfants aiment beaucoup.
Les illustrations aussi sont très agréables, à la fois drôles et tendres, colorées et poétiques. J'ai vraiment craqué pour ces grosses bêtes, moi qui en général ne les apprécie guère.
Les noms des dinosaures sont cependant un peu difficiles à lire pour les débutants.

Le match, c'est d'abord entre herbivores, qui mènent une belle vie paisible dans ce joli décor.
Jusqu'à l'arrivée du cruel tyrannosaure, qui n'aura pas le dessus face à ces farceurs de dinos herbivores.

J'aime toujours beaucoup cette collection pour les lecteurs débutants, qui allie de bons textes à une présentation qui facilite la lecture.
Les mots difficiles sont en couleur, et expliqués sur le rabat de la 4e.
Et sur le 1er rabat, un trombinoscope des personnages, et au dos, le genre d'histoire et les lieux.
Dommage que la bibliothèque où je l'ai emprunté ait recouvert de telle façon qu'on ne peut pas déplier les rabats !!...

Extrait :

Non loin de là, Nono, le plus cruel des tyrannosaures, essaie de compter ses dents dans le reflet d'un étang :

- Cinquante-neuf, cinquante-dix, cinquante et onze ...

Illustrations de Dankerleroux
Éditions Milan poche 2013
Collection Benjamin Quelle aventure !
13 x 18 cm ; 23 pages

Résumé Babelio

vendredi 22 juin 2018

Agatha Raisin enquête (n°8) Coiffeur pour dames (Une enquête à s'arracher les cheveux)

Un opus moyen de Miss Agatha.
Où elle montre pour une fois pas mal de flair.
Une histoire de chantage, un coiffeur beaucoup trop beau et doué, des suspect(e)s à ne plus savoir qu'en faire.
Et un mois d'août caniculaire sur les Costwolds.
James tout à fait absent, et Bill qui ne se montre guère, Agatha se rabat sur Sir Charles le baronnet, pour se faire aider, et pour égayer un (tout petit) brin ses nuits.

On retrouve ici, outre les acolytes habituels, et les personnages de passage, une Mrs Darry apparue au tome précédent et toujours aussi désagréable.

Comme à Agatha, j'avoue que James m'a un peu manqué, je trouve Sir Charles très fade et les enquêtes en sa compagnie n'ont pas la même saveur. Les rapports difficiles entre Agatha et James font une partie du charme de la série, qui manque ici.

Extraits :

L'étranger porte la main à son coeur, pensa Agatha avec cynisme, mais notre Anglais de souche palpe son portefeuille pour s'assurer qu'il est bien à l’abri.

***
- Je n'en peux plus, avoua-t-elle. Les hommes me dégoûtent. Tous des salauds.
- Pas tous, non. Seulement ceux dont vous semblez rechercher la compagnie.

Auteur : M.C. Beaton (pseudo de Marion Chesney)
Titre original : Agatha Raisin and The Wizard of Evesham (1999)
Traduit de l'anglais par Marina Boraso
Albin Michel 2017 ; 284 pages
Résumé Babelio

Tomes précédents :

1. La quiche fatale
2. Remède de cheval
3. Pas de pot pour la jardinière
4. Randonnée mortelle
5. Pour le meilleur et pour le pire
6. Vacances tous risques
7. À la Clairefontaine