dimanche 17 mars 2019

Cru cuit - Matthieu Saintier

Un court imagier original comme l'indique son titre.
Deux photos en vis à vis : à gauche, l'aliment cru, à droite, un plat avec le même ingrédient, une fois cuit, et le nom de l'aliment.
Tomate, maïs (pop corn une fois cuit) carottes, mais aussi sucre (sucette), poisson, et on termine par ... des frites, à la joie des enfants.
L'album est beau, carton épais, coins arrondis, photos gros plan pleine page.
Comme souvent, le choix ne m'a pas paru l'idéal pour certains à la première lecture. Mais on s'habitue, et mon pitchoun (4 ans) a été intéressé.
On peut bien entendu l’utiliser bien plus jeune.
Nous avions choisi cet imagier parce que souvent, les plus jeunes ont du mal à faire la différence entre cuit et chaud, cru et froid.
Cet album peut donc constituer une intéressante source de différentes activités ou questions.
Sinon, vite "lu" vite oublié !

Extraits :



Album tout carton
Format 15 x 15 cm - 20 pages - 9.90 €
Éditeur : Le Diplodocus - 11/02018
Résumé Babelio

samedi 16 mars 2019

Mon aventure in green - Le Journal de Tom

Après Le Journal de Jeanne je tente celui de Tom, d'un niveau au-dessus. Et des mêmes autrices et illustratrice.
J'avais déjà fait connaissance avec Tom lors de son voyage en Écosse (Tom et le secret du Haunted Castle) c'était même mon premier Tip Tongue.

Celui-ci se passe entièrement en France, mais on y retrouve la correspondance avec Akira, sa copine écossaise, la venue en France de James, le frère d'Akira, et la rencontre de quelques écossais installés près de chez eux.
Le titre donne bien la couleur, l’histoire est verte, écologique.
La classe de Tom se mobilise pour nettoyer les berges de la rivière La Hure, petit sous-affluent de la Gironde. Outre un nombre important d'immondices, Tom et son copain découvrent un ruche vide et des centaines d'abeilles mortes.
Ils vont donc mener une enquête pour en découvrir la cause. Au passage, on apprend, en anglais ou en français, beaucoup d'éléments essentiels sur les abeilles et leur importance pour l'écosystème. Et aussi les différents usages des produits issus de la ruche.

Comme dans le Journal de Jeanne, on retrouve des explications illustrées, beaucoup de dessins pour aider à la compréhension.
Le niveau est effectivement un peu supérieur au précédent, et ma lecture en a été moins fluide, mais ce système de journal et échange de mails est excellent pour s'entraîner à lire sans nécessairement comprendre mot à mot, mais en suivant l’histoire.
Une vraie bonne histoire en plus, suspens et écologie.

Extraits :

Wednesday April 5th
The weather was cold and sunny.
At school, we had Sport and English.
We asked the English teacher :
What killed the bees ?






Autrices : Stéphanie Benson & Claudine Aubrun
Illustratrice : Claudine Aubrun
Éditeur : Syros - 21/02/2019 - NOUVEAUTÉ
Collection : Tip Tongue Journal (Bilingue anglais)
Niveau "Je découvre l'anglais A1 découverte
Format : 12 x 18 cm - 84 pages - 6.95 €
Résumé Babelio

vendredi 15 mars 2019

Cours ! - Davide Cali

Un superbe album, autant par le sujet que par l’écriture qui m'a emportée d'un bout à l’autre, bien que je ne sois intéressée ni par la boxe ni par la course !

Après Ruby Tête haute, un autre album qui parle d'un enfant noir dans une école de blancs, mais aussi différent que possible.

Ray, le narrateur, déteste tout et tout le monde, l'école et le reste. Parce qu'il est malheureux parce qu'il ne voit pas d'issue à son malheur. Obligé de se défendre, il ne se laisse pas faire mais c'est sur lui que tombent toutes les punitions.
Et puis, par chance, va arriver la bonne personne, celle qui le sauve, un nouveau proviseur bienveillant.
Qui va lui faire comprendre d'où vient cette rage, et comment la canaliser pour qu'elle ne le détruise pas mais au contraire.
Finalement, il ne se dirigera pas vers la boxe comme il aurait dû, mais il est sauvé tout de même.

Comme je le disais au début, j'ai eu beaucoup de bonheur à lire cet album, je l'ai lu d'un trait , il est prenant.
Après, on réfléchit, et on se dit qu'hélas, pour un enfant qui va croiser la bonne personne au bon moment, il y en a tellement qui vont mal tourner alors qu'on aurait pu les sauver "facilement".

Mais ce texte est excellent et je vais vite le partager avec mes écoliers. (Merci à mes collègues qui l'avaient mis de côté en vue de notre fil rouge de l'année, qui va porter sur tolérance et racisme. Sans elles, il m'aurait encore échappé sans doute)

Et  la chute est à la fois drôle et émouvante.

Extraits :

Chez les Blancs, on ne voyait que moi. Le seul Black de la cour. Les moqueries fusaient. Parfois un enfant me passait le doigt sur la figure, pour voir si la couleur s'en irait. Comme si j'étais sale.

***

... à ton âge, on se cherche souvent les uns les autres parce qu'on ne sait pas quoi faire de son énergie. Si tout le monde courait, je parie même qu'il n'y aurait plus de guerres !



Illustré par Maurizio A.C. Quarello
Éditeur : Sarbacane 2016
Format : 22 x 29 cm - np
Résumé Babelio

jeudi 14 mars 2019

Comment je suis devenue un robot - Nadia Coste

Un roman poignant, mais aussi plein d'espoir.
Le texte à deux voix introduit un peu de légèreté.

Il nous plonge au coeur du quotidien de Margot,  avec en contrepoint les pensées et la vie d'Ambre, sa meilleure amie.

Margot s'est fait renverser par une automobile devant le collège, il a fallu l'amputer d'un pied et une main. Situation d’autant plus difficile à un âge où tout déjà semble injuste, où l'apparence compte plus que tout le reste.
Tout le monde, ou presque voudrait l'aider, mais ce n'est pas si facile.
Sa mère, qui ne parvient même plus à la regarder, tant ça la touche, et ça l'horrifie, de savoir que sa fille ne pourra jamais redevenir comme avant, sans rien pouvoir pour elle.
Ses copines, qui ne savent pas trop de quoi et comment lui parler. Ne surtout pas évoquer son accident et son état. Et pourtant, elle aurait envie d'en parler.
Et comment oser évoquer ses propres problèmes d'adolescente, trop grosse, trop  ... qui sont pourtant bien difficiles à vivre, mais semblent ridicules face à celle qui a perdu main et pied.
Car ce roman, au-delà de l'histoire de Margot, parle aussi des autres adolescentes, de corps pas toujours faciles à accepter même sans handicap.

Et puis, Margot, pour ne pas souffrir, pour ne pas devoir faire face à ce drame, se replie "en robot". Elle parvient, avec une volonté qui force l'admiration, à "s'éloigner" de son corps, à être à l'extérieur, évitant ainsi de trop souffrir, de trop déprimer.
Chaque étape est si difficile : se regarder, toucher les parties de son corps mutilées, recevoir ses copines, retourner au collège...
Mais en "s'absentant" ainsi d'elle-même, elle coupe aussi les ponts avec son entourage, et le remède risque d'être pire.
Heureusement, de belles rencontres, et son amie qui persiste à être présente malgré tout, vont l'aider à accepter, à recommencer à vivre en humain.

J'avais déjà lu de cette autrice Ascenseur pour le futur, un beau petit roman de SF dans la collection Soon. Ici, nous sommes dans un tout autre registre, la vie quotidienne et le handicap, mais un roman tout aussi réussi et intéressant à lire.

Je l'ai vraiment apprécié.
J'ai juste regretté qu'il n'ait pas été fait le choix de polices de caractères différentes selon les chapitres, Margot ou Ambre. Je suis souvent distraite et je trouve que ça apporte de la clarté.

Ce roman a été écrit dans le cadre du feuilleton des Incos, à partir donc d'un travail avec des classes.

Extraits :

Incipit

Il parait que j'ai eu de la chance.

***
- Tu crois vraiment que j'aurais pu me transformer en robot tueur ? me demande-t-elle d'un ton amusé avant de se figer d'un coup.
- À quoi tu penses ?
- Au fait que je me transforme vraiment en robot. Sans émotions, et avec des pièces mécaniques.

***
Prendre soin de son apparence aide souvent à se sentir bien à l'intérieur.

Éditeur : Syros - 7 mars 2019 - NOUVEAUTÉ
Collection Tempo - Dès 10 ans - 216 pages - 6.95 €
Feuilleton des Incorruptibles
Résumé Babelio





mercredi 13 mars 2019

Pour quelques grammes d'or - Claudine Aubrun

Je retrouve ici Claudine Aubrun, après les journaux bilingues Tip Tongue, dans un vrai polar assez palpitant.
Adèle vit seule avec son père, et quand un nouvel élève prend le car du collège, et qu'elle s'en fait un ami, sa vie semble en bonne voie de s'améliorer, pour elle plutôt solitaire. Et si en plus, leurs problèmes financiers disparaissaient, grâce à une découverte faite ensemble ?
Hélas, à ce moment-là, son père est accusé de meurtre.
Non seulement elle ne parvient pas à l'aider, et la situation se tend de plus en plus, mais voilà qu'on s'en prend à elle, coups de fil, visites impromptues ...
La tension monte, et Adèle a beau être courageuse, on s'inquiète fort pour elle.
Heureusement qu'il lui reste un ami pour se confier. Quoique ....

Entre polar et thriller, un bon petit roman centré sur des ados, qui peut-être lu dès onze ans, voire avant (mais qui risque d'être un peu impressionnant).

Quand mes enfants étaient jeunes, il y avait une offre assez importante en romans policiers pour enfants, et il y a eu ensuite une période où je peinais à trouver de quoi proposer aux lecteurs de petits polars à la bibliothèque.
Mais grâce aux Souris Noire de Syros, on retrouve (en plus des Mini Syros Polar pour les plus jeunes) de bons romans policiers pour les 10 / 12 ans .

Extraits :

- Et vous, vous vouliez sauver l'humanité.
- L'humanité, peut-être pas, mais sauver des emplois, oui.

***
des tas de meurtriers ont des enfants. Alors, pourquoi pas mon père ?

Éditeur : Syros - 14 mars 2019 - NOUVEAUTÉ
Collection : Souris Noire - 10/12 ans
Dès 11 ans - 144 pages - 6.95 €
Résumé Babelio

Mes précédentes Souris noire : (ceux que j'ai chroniqué ici, mais j'en ai lu des tas d'autres !)
Le mystère du tableau volé 
Deux roues de travers
Wiggins et Sherlock contre Napoléon

mardi 12 mars 2019

Kidnapping à la confiture - Marie Lenne-Fouquet

Je crois bien n'avoir jamais rien lu d’aussi réjouissant et aussi déjanté dans ce style depuis Enfer et couches-culottes (Hold-up à la crèche) Et même, celui-ci le surpasse largement.
Encore un Pépix jubilatoire, aussi bien côté texte que côté illustrations.

Le début m'inquiétait un peu, laisser des enfants faire ainsi une si grosse bêtise sans qu'ils en soient punis ?
Mais oui, la punition va vite arriver, et ... elle sera inoubliable.

Quand j'ai vu que les enfants devaient aller jouer les bénévoles dans une EHPAD, j'ai cru un moment à un petit roman tendre, où ils découvrent les personnes âgées et s'y attachent, ... mais ces vieux là, ça remue plutôt !!
Nous avons donc d'un côté trois enfants légèrement handicapés par la vie. Césarine, sourde, et qui en fait un super pouvoir. Chris, qui n'y voit pas très clair, et Darian, un peu lent et beaucoup timide, mais dont la mère constitue le plus gros handicap. Un trio jamais à court d'idées pour les bêtises.
Et de l'autre côté ... oh non, je vous les laisse découvrir, et vous n'allez pas vous ennuyer.
Le butyrophobe du début va être vite oublié, et les enfants entraînés dans une folle aventure, plutôt dangereuse, mais que ne ferait-on pas pour sauver un papy amoureux ?
Je ne connaissais pas cette autrice, elle en vaut la peine !
Et les dessins soulignent à merveille le côté hilarant de l'histoire.
Pas de bonus ici, mais pas grave, on sourit tout le temps.

J'espère qu'on pourra lire bientôt une suite aux aventures de nos deux trios !

Bon, je m'arrête vite, plein de monde autour de moi qui attend que j'en ai terminé pour pouvoir le lire, n''est-ce pas Cécile ?

Extraits :

Mes parents adorent les idées de "punition constructive". Ils collectionnent les livres sur l'éducation bienveillante, l'aide à la parentalité et la méthode Coué, ils sont contre l'usage des écrans avant 45 ans, trop de viande à la cantine, les sachets en plastique individuels.

***
Elle replace les mèches de son chignon défait (depuis la course folle dans  la forêt, son look est passé de Monet à Picasso).

***
Illustrations : Églantine Ceulemans
Éditeur : Sarbacane - 13 mars 2019 - NOUVEAUTÉ
Collection Pépix - Dès 8 ans - 176 pages - 10.90 €
Résumé Babelio

Les autres Pépix que j'ai déjà appréciés :

Le bungalow a des crocs
Le journal de Gurty (5 tomes)
La trilogie de l'ogre
La drôle d'évasion
La drôle d'expédition
Le phénomène Philomène
Mémé Dusa
Minus contre Minos
L'abominable écrivain
Clin Tiswoud Journal d'un menteur professionnel
Lola et la machine à laver le temps
La fantastique aventure de Woua-Woua le chihuahua
Il était deux fois dans l'Ouest 


lundi 11 mars 2019

Moi, détective in London - Le Journal de Jeanne

Un vrai régal ce petit journal mêlant français et anglais.
Je l'ai trouvé plus agréable que les Tip Tongue classiques (que pourtant j'ai bien aimé pour la plupart), et plus facile aussi, vu toutes les explications que donne Jeanne.
Elle intercale aussi des listes de mots, par exemple les mois, les couleurs, la météo, des explications de tournures de phrases. Ça ne fait pas pédagogique, c'est bien intégré au journal, et ça facile bien la lecture.
Bref, une vraie réussite à mes yeux.

Jeanne, que j'avais déjà rencontrée dans Jeanne et London Mystery (il existe une autre aventure que je n'ai pas lue) repart chez la Famous English Writer Dorothy Stone, invitée à y passer son anniversaire, en compagnie de sa meilleure amie.
Bien entendu, un petit mystère va pointer son nez, et mettre à l'épreuve les qualités de détective de Jeanne.
Ce n'est cependant pas l'essentiel, on a plaisir à suivre Jeanne dans la découverte de Londres, et surtout l'écriture de son journal.

Un seul petit regret : le personnage d'Agathe, vraiment déplaisant.
Je sais qu'il s'agit d'un roman, et que donc les personnages peuvent être de toute sorte sans que ça n'influe sur la qualité du roman. Mais j'ai été vraiment agacée par cette fille qui a la chance d'être invitée à un voyage exceptionnel, juste parce qu'elle est copine avec Jeanne,  et qui passe son temps à se plaindre et à réclamer d’aller voir son groupe favori, de façon insistante. Et que finalement, personne ne remet en place. Au contraire elle est récompensée puisqu'elle a gain de cause.

Extraits :

Pour se souvenir des pièces de la maison, c'est facile.
Presque tout finit par "room". "A room", c'est une pièce.
-> "The bedroom",
c'est la chambre, la pièce où il y a le lit (the bed)
-> "The living room",
c'est la pièce où l'on vit (to live)
-> "The bathroom",
la pièce où on se baigne (to bath, to have a bath).




Autrices : Stéphanie Benson & Claudine Aubrun
Illustratrice : Claudine Aubrun
Éditeur : Syros - 21/02/2019 - NOUVEAUTÉ
Collection : Tip Tongue Journal (Bilingue anglais)
Niveau "Mes premiers pas en anglais A1 Introductif
Format : 12 x 18 cm - 72 pages - 6.95 €
Résumé Babelio

dimanche 10 mars 2019

Le bruissement du papier et des désirs - Sarah McCoy

Un  très beau coup de coeur.
Les mystères de l'écriture : Certains romans sont bien, agréables à lire, je les apprécie ; mais un petit nombre vous emportent par leur écriture, quel que soit le sujet, et sans que je puisse vraiment expliquer pourquoi j'ai tant aimé. Celui-ci en fait clairement partie.

J'avais beaucoup aimé la plume de Sarah McCoy dans Le souffle des feuilles et des promesses, (choisi un peu au hasard comme premier titre pour mon partenariat Michel Lafon). Je me réjouissais donc de la retrouver ici.
Et puis, j'ai lu le résumé : Marilla, ça me dit quelque chose... Île du Prince-Édouard, Matthew, ... mais, je ne rêve pas, il est question de la maison aux pignons verts ???
(Évidemment, si le titre original avait été conservé et traduit "Marilla of Green Gables" j'en aurais été certaine plus rapidement !)
J'ai découvert Anne il y a peu, juste un lustre que j'ai lu les 5 premiers tomes (merci à Florence qui les a rapporté des U.S.A., on les trouve difficilement en France) et je suis tombée sous le charme de la fillette, sa famille d'accueil, et cette île.
Il fallait donc absolument que je lise ce préquel.
Mais en même temps, j'étais inquiète de ne pas retrouver le monde et l'écriture de L.M. Montgomery.
J'ai donc commencé ma lecture un peu méfiante.

vendredi 8 mars 2019

Diabolo fraise - Sabrina Bensalah

Quatre soeurs inoubliables, on ne risque pas de s'ennuyer en leur compagnie !
On pense un peu aux soeurs Verdelaine de Malika Ferdjoukh, (en moins sages !). Parfois aussi à La Fille du Docteur Baudoin, de Marie Aude Murail. Et un petit clin d'oeil à Dolly Parton (et du coup, pour moi, à Miss Dumplin aussi) à cause de Jolene.
Mais finalement, cette famille Martin ne ressemble à aucune autre.
Parfois soudée, parfois plutôt  rosses entre elles.
Même si la grossesse d’Antonia est le centre de l’histoire, beaucoup d'autres problèmes sont abordés, et notamment Judy qui est harcelé au collège, et qui passe une 6e bien difficile tant qu'elle n'arrive pas à se confier.

Nous débarquons donc dans la vie des quatre soeurs Martin au début des vacances d'été. Un père très présent et affectueux, une mère plus prise par son travail. Des soeurs qui se jouent souvent des tours pas très gentils, mais qui font bloc quand c'est nécessaire.
Des soeurs qui ont vraiment des problèmes de filles, grossesse, règles qui arrivent ou pas au moment (in)opportun, premier rapport, premier amour ...
Deux thèmes dominent, les interrogations d'Antonia, garder ou pas ce bébé si inattendu, et qui arrive un peu tôt, chamboulant tous ses projets, et ceux du futur père.
Et les débuts difficiles de Judy au collège.
Thèmes intéressants et on se passionne pour la vie de ces demoiselles. L'écriture est addictive.

jeudi 7 mars 2019

Comment mon père est mort deux fois - Yves Grevet


Une enquête qu'on ne lâche pas.
On l’aborde par deux côtés, dont on devine qu'ils vont peu à peu se rejoindre.
D'une part, le récit de Soën en 2017, d'autre part celui d'Yvon, en 1984.

Soën, malgré son prénom breton, vit à la Réunion, une vie tranquille entre des parents enseignants, des grands-parents réunionnais, des copains et ... la plage.
Mais ce jour là, cette vie plutôt facile prend fin, quand il apprend la mort de son père.
Et à la tristesse va très vite s'ajouter l'incompréhension. Qui était réellement son père ?
Il appert rapidement que cet accident n'en est pas vraiment un.
Mais l'affaire semble vite classée et Soën va devoir mener son enquête, avec l 'aide de sa famille, et de son amie Ida. Enquête complexe et parfois dangereuse.

Parallèlement, nous suivons Yvon qui, plutôt  que de faire le service militaire, préfère partir en Turquie, comme enseignant de français.
Nous découvrons avec lui ce pays, qui vit encore dans le souvenir d’Atatürk, même si ça change peu à peu. Et nous suivons la vie de ces jeunes Français expatriés pour quelques mois, avec des motivations et des modes de vie divers.
C'est très intéressant de découvrir le pays par leurs yeux.
Mais nous allons aussi découvrir des réalités bien plus complexes, relations entre les États, données géopolitiques et historiques, espionnage et secrets d'État.
Yvon nous apparaît peu à peu en train de se laisser prendre dans un engrenage, alors qu'il n'a rien fait pour se mettre en danger.

lundi 4 mars 2019

Qui veut jouer au foot ? - Myriam Gallot

Une sympathique première lecture, sur un thème assez récurrent semble-t-il : le partage de la cour entre filles et garçons, entre foot et autres activités.
En peu de pages, l'autrice parvient à bien cerner le problème, à ouvrir la discussion et à proposer d'intéressantes solutions, même si c'est bien entendu un roman, qui se lit comme tel. Roman très facile, à mettre entre toute les mains.

J'ai été étonnée par la ressemblance avec Une place dans la cour que j'ai lu il y a quelques mois.
Mêmes idées de départ : des filles qui se plaignent que la cour est envahie par les garçons jouant au foot, ne leur laissant aucune place. Et une quasi obligation de jouer à des jeux "de filles" pour les filles, au foot pour les garçons. Même format : petit livre, court roman d'une cinquantaine de pages, destiné aux lecteurs presque débutants.

Mais j'ai nettement préféré celui-ci, surtout quant aux solutions proposées.
Car l’idée est tout de même de faire avancer le problème. Je l'ai trouvé à la fois très intéressant et très facile à lire, donc à conseiller pour tous.

Avis de mon petit lecteur de (presque) 8 ans : C'est super, j'ai bien aimé. C'est pour avoir le courage de parler quand on a des problèmes ... dans la cour, à l'école.
C'est rare qu'il apprécie les romans, il préfère les doc scientifiques, mais là, il l'a lu d'un trait, avec plaisir.

samedi 2 mars 2019

Il pleut des parapluies - Susie Morgenstern

Dans cette agréable collection Flash fiction que j'ai présentée plusieurs fois, notamment avec Les Fantômes du manoir, un amusant petit roman de la grande Susie !
D'entrée, après la présentation des personnages, le sommaire : 18 chapitres, dont 17 intitulés "Il pleut" !!! Ça fait vite sourire.
L'histoire se déroule à Ploufragan, que je n'ai pas le bonheur de connaître, mais il se trouve que je lis ça pile à la fin du 20e salon du livre jeunesse de Ploufragan, où semblent s'être réunis beaucoup d'auteurs que j'aime. Et où l'ambiance donne grande envie d'y assister. Je suppose que Susie en a aussi un bon souvenir.
Ensuite, on découvre une fillette qui déteste tenir un parapluie à la main, et là, je me reconnais tout à fait (mais pas dans son coté inventrice !)
On a une double histoire d’amour, un surprenant début de collège (les élèves de 6e commencent en juin !), et beaucoup d'eau et de repas bio.
L'ensemble est sympathique, mais un peu décevant à mon goût, il ne se passe pas grand chose finalement.
Dommage, ça commençait bien, mais même si c'est bien écrit, facile à lire, et que ça plaira sans doute un peu, on aurait aimé un peu plus de rebondissements.
À part le plaisir de retrouver la chanson de Brassens !

Extraits :