mardi 17 septembre 2019

Je trace les dinosaures (Usborne)

Un sympathique petit cahier bien adapté aux plus jeunes, mais qui chez moi a aussi amusé certaines grandes !

Sur chaque double page :
- deux petits dinos en couleurs
- les mêmes (en grand) en pointillés pour s'entraîner à les dessiner en repassant simplement sur les pointillés
- Sur la page de droite, ils ont encore grandi, toujours en pointillés, mais il n'y a plus que la silhouette essentielle. Il faudra repasser sur les pointillés, puis compléter avec les parties manquantes. Selon le modèle ou en ajoutant ce qu'on veut, on peut les personnaliser à son goût.

Certains sont bien connus, mais beaucoup sont rarement présents dans les livres pour enfants (et pourtant, j'en ai vu pas mal, vu les fans de dinos que j'ai !!) ce qui attire l'intérêt des plus âgés.

Une jolie façon de s’entraîner au dessin, et on peut recommencer et encore, le feutre effaçable est fourni.
Je crois que je vais tenter aussi, moi qui suis parfaitement nulle en dessin, ça me donne envie de m'y mettre !!
Seul petit bémol, une fois décollé de la couverture, le stylo a tendance à s'égarer, difficile de le remettre. Mais tout feutre effaçable fera l'affaire !

Extraits :

Repasse sur les pointillés pour finir le citipati et le therizinosaurus.
Maintenant, trace de nouveau les dinosaures et ajoute les parties manquantes.






Texte : Kirsteen Robson
Illustrations : Jordan Wray
Traduction : Éléonore Souchon
Éditeur : Usborne (13/06/2019)
Collection : Mes petites activités effaçables Usborne
Format : 17 x 24 cm ; 20 pages effaçables ; 4.95 €
Résumé Babelio

lundi 16 septembre 2019

Barbapapa - Les Amis de la nature - Annette Tyson & Talus Taylor

Contient deux histoires :
- Professeur Panda
- Le Potager des Barbapapas

J'aime beaucoup les Barbapapa, leurs formes douces, leurs possibilités de se transformer en tout ce dont on a besoin, et leur philosophie de vie.
Mais il doit y avoir bien longtemps que je n'avais pas lu de leurs albums.
Je ne saurais donc dire si ce format ressemble à d'autres de la série ou pas.

On a ici 2 aventures, toutes deux très axées nature.
Un contenu entre album et bande dessinées.
Plutôt bande dessinée puisque il y a la plupart du temps plusieurs cases par page, et toujours les textes dans des encadrés genre bulles. Mais souvent de grandes illustrations style album.

La 1e histoire est un joli plaidoyer pour les animaux en voie de disparition. Le sujet est donc très intéressant, même si hélas les solutions apportées ne sont pas transposables dans notre monde réel, les barbapapas prenant tous les aspects indispensables pour la sauvegarde.

La seconde est plus ludique, mais amusante et tournée vers le jardin et les animaux.

Extraits :



Éditions Les Livres du Dragon d'or ; 2010
Format 22x 29 cm ; 40 pages
Résumé Babelio



samedi 14 septembre 2019

Pour ne plus jamais t'ennuyer en plein air (Usborne)

Très grand succès chez moi, chacun y a trouvé des mines d’idées.
J'ai tardé à en parler car tous mes petits-enfants (sauf les pas encore lecteurs !) ont voulu l’emporter chez eux pour le découvrir plus en détails et l’utiliser.
Tous unanimes : on a trouvé de super idées, plein de choses à faire, et pas seulement à l’extérieur d'ailleurs.
Leurs pages préférées : les radeaux de brindilles, et le boomerang de papier qui les a longuement occupés. Mais je ne pourrais énumérer tout ce qui leur a plu.

Un bel objet en plus : couverture cartonnée aux coins arrondis; élastique pour le tenir fermé, et qui sert très agréablement de marque-page.

Comme je ne peux pas vous citer tout ce dont j’aurais envie de vous parler, voici la table des matières, et quelques pages.


Extraits :

 Dictons sur les animaux 

En JAPONAIS, un espace minuscule est appelé un "front de chat".

En FINNOIS, celui qui "laisse sortir une grenouille de sa bouche" a dit une bêtise.









Éditeur : Usborne 11/07/2019
Collectif
Collection : Pour ne plus jamais t'ennuyer
Format : 20 x 25 cm ; 128 pages ; 12.50 €
Résumé Babelio

mercredi 11 septembre 2019

Evelyn, May et Nell - Pour un monde plus juste - Sally Nicholls

Un livre intéressant mais sur lequel je suis un peu partagée.
Un roman qui mêle des éléments historiques à d'autres inventés.
Le thème est très intéressant, les thèmes plutôt devrais-je dire.
1914. Trois jeunes filles, très différentes par leur milieu et leur caractère, vont se trouver impliquées dans la lutte pour le vote des femmes, et les mouvements de suffragettes/suffragistes.

Mais ce n'est qu'une partie du roman.
La guerre éclate, et les priorités sont forcément modifiées.

J'ai trouvé les parties concernant la vie pendant la guerre extrêmement intéressantes, on vit au plus proche de la population qui subit, à la fois les restrictions, l'angoisse pour ceux qui sont au front, leur retour, etc...
J'ai souvent pensé à l’excellent roman de Catherine Cuenca "Celle qui voulait conduire le tram" même si le fond est fort différent.

Il m'a paru regrettable que, d'entrée, on nous présente deux des trois héroïnes comme homosexuelles, enfonçant un peu plus l'idée courante au sujet des suffragettes. Et que cette histoire d'amour tienne une trop grand place par rapport au sujet central. Comme s'il était essentiel que les suffragettes le soient.

En général, dans un roman qui déroule parallèlement plusieurs vies, elles finissent par se rencontrer. Étonnamment, pas ici. J'ai attendu la rencontre !

Quelques détails (sans grande importance certainement) m'ont un peu étonnée :
Les notes de bas de page par le traducteur sont parfois un peu surprenantes : des livres très connus comme Robinson Crusoé ou Le Chien des Baskerville sont expliqués. Mais peut-être est-ce pour en donner les dates d'édition.
Par contre, pas d'explication sur par exemple la différence entre camisole et  camisole américaine !!
On nous parle souvent des couleurs des suffragettes, mais sans jamais nous dire quelles sont ces couleurs.

En résumé, j'ai apprécié de découvrir un peu mieux les activistes du vote des femmes, les réactions qu’elles suscitaient, la différence entre suffragettes et suffragisme, les actions menées, et faire la connaissance de Sylvia Pankhurst. Apprécié aussi de voir les différences avec notre époque, ce que nous avons gagnés depuis, et ce qui n'a guère bougé.
Mais c'est la partie vivre pendant la guerre qui m’a vraiment parue la plus intéressante.

Je remercie les éditions Hatier et Babelio Masse critique pour cette lecture enrichissante.

Extraits :

quand les femmes voteront, on ne fera plus jamais la guerre, vous savez. Quelle femme enverrait ses fils au massacre ?

***
Elle et sa mère étaient suffragistes, plutôt que suffragettes ; elles voulaient le droit de vote, mais sans utiliser la violence pour l'obtenir. Les suffragettes lançaient des pierres dans les fenêtres, lacéraient des tableaux à la National Gallery et faisaient exploser des cocktails Molotov dans des maisons inoccupées. La mère de May pensait qu'agir de la sorte desservait la cause - qui voudrait être associé à ces folles furieuses ? Elle préférait agir avec des moyens non violents, des pétitions, des marches pacifiques et des articles dans la presse.

***
Voilà le type même du compagnon idéal. Un homme capable de vous dire en face ce qu'il pensait quand vous vous prépariez à agir comme une sotte et qui, ensuite, restait à vos côtés quand, malgré tout, vous vous entêtiez. Il n'y avait pas un homme sur mille qui aurait fait ça.

***
Les choses ne cessaient pas d'être terribles, simplement parce que les problèmes de l'autre étaient plus terribles encore.

*** 
Arrêter la guerre ! Pourquoi pas ? Des femmes, dans tous les foyers du monde, parlant, négociant la paix, faisant tout ce qui, traditionnellement, était réservé aux hommes. N'était-ce pas une meilleure façon de mettre fin au conflit que d'attendre qu'on vous tire dessus ?

***

Octobre
1915

Pourquoi nous sommes opposées 
au droit de vote de hommes

1. Parce que la place de l'homme est dans l'armée.

2. Parce qu'aucun homme vraiment viril ne consent 
à résoudre un conflit autrement que par la force.

3. Parce que, si les hommes doivent adopter des méthodes
pacifiques, les femmes ne les admireront plus.

4. Parce que les hommes perdront leur charme s'ils quittent
 leur sphère naturelle et s'intéressent à d'autres sujets
 que les faits d'armes, les uniformes et les tambours.

5. Parce que les hommes sont trop émotifs pour voter, 
comme le montre leur conduite durant les matchs 
de football et les rassemblements politiques,
 cependant que leur tendance innée à recourir
 à la force les rend particulièrement inaptes 
aux tâches gouvernementales.

Alice Duer Miller, 1915


Traduit de l'anglais par Jean Pouvelle
Titre original : Things a Bright Girl Can Do (2017)
Éditeur : Hatier (11/09/2019) NOUVEAUTÉ
À partir de 12 ans ; 439 pages ; 15.95 €
Résumé Babelio

lundi 9 septembre 2019

Le dernier gardien d'Ellis Island - Gaëlle Josse

Un récit poignant et bien écrit.
Un sujet intéressant, un beau texte, mais bien trop noir pour moi. (J'absorbe tout comme une éponge, donc, je n’aime pas lire si triste, mon humeur extérieure s'en ressent trop).

Ellis Island, l'île où devait passer tous les immigrants, en attente d'être acceptés ou refusés sur le sol américain, depuis plus d'un demi-siècle.
John Mitchell, gardien et directeur, s'apprête à la quitter, le centre d'accueil ferme, il ne reste plus que lui ou presque pour le moment.
En neuf jours il va se remémorer, sous forme de journal intime, à la fois les moments importants de sa vie ici, et  tous les anonymes ou presque qui sont passés là, qui ont souffert, espéré, attendu dans des conditions pas vraiment de rêve.

Le sujet m'a passionnée, et je m’interroge sur les sources de documentation de l'autrice.
L'écriture est agréable et le thème m'intéressait vraiment, je l'ai donc lu rapidement.
Mais j'ai trouvé certains événements tellement odieux que j'ai eu du mal à m'attacher au personnage principal, et j'ai ressenti une noirceur du début à la fin, une tristesse sans issue.

Extraits :

Et s'ouvre la  Porte d'or... Pour beaucoup elle n’aura été qu'un portail grinçant et ils n'auront cessé de l'embellir pour les générations à venir. Car aucun miracle ne les attendait ici, sauf celui dont ils seraient les seuls artisans.

***
Rester, partir. Ils avaient à choisir entre la misère assurée et un possible destin aussi prodigieux que féerique.

Éditeur  : J'Ai Lu ; Janvier 2017 ; 186 pages
Première édition : 2014
Résumé Babelio

jeudi 5 septembre 2019

Le crocodile de l'école - Christine Naumann-Villemin - Marianne Barcilon

Je suis une fan absolue des histoires de Christine Naumann-Villemin, mais surtout de celles illustrées par Marianne Barcilon, ses personnages me font complètement craquer.
Quand j'ai vu, dans le présentoir de rentrée des classes de la librairie, ce croco tout intimidé, je n'ai pas résisté.
Et j'ai bien fait, mes petits-fils ont beaucoup ri.

Une chouette histoire en randonnée, qui fait découvrir les activités de l'école.
Le croco est très expressif, pas content de pas savoir, content d'y arriver.
"Tout petit minuscule riquiqui petiot titi" au début, il va grandir, bien vite, bien plus vite que les enfants !
Et perdre à chaque page ses adjectifs !!

Avec une jolie chute à suspens, un album qu'on va se régaler à lire et à relire, et à reprendre tous en coeur.
Oh ! Mais c'est une idée ou le crocodile a un peu grandi ?

Les visages des enfants sont aussi très expressifs, je ne me lasse pas de les regarder, une vraie leçon de dessin, comment montrer la joie, l'inquiétude, juste dans les yeux !


Extraits : 

Aujourd'hui, il y a un nouvel élève à l'école :
C'est un tout petit minuscule riquiqui petiot titi crocodile.






À la cantine, les enfants se régalent.
Mais le petiot titi crocodile ne sait pas manger proprement.

Éditeur : Kaléidoscope
Collection : Les Lutins de l'Ecole des Loisirs
Format : 19 x 15 cm ; 37 pages ; 5.00 € ; Août 2018
Existe aussi en grand format : 26 x 21 cm ; 13.00 € ; Août 2016
Résumé Babelio


mardi 3 septembre 2019

des astres - Séverine Vidal

 Quel roman, mais quel roman !!!
Encore un superbe texte de Séverine Vidal.
Je ne sais comment lui rendre hommage sans trop en dire.
Je n'ai rien vu venir, je ne voudrais pas dévoiler l'incroyable, l'inacceptable aux autres lecteurs.
En plein dans l'actualité, et pourtant totalement inattendu pour moi.

Deux histoires de relations mère-fille tout d'abord, dont on se doute qu'elles vont se rejoindre.
Des personnages intéressants, sans pour autant que le début ne m'ait paru exceptionnel. Un peu de mal avec les différentes époques et sujets...
Et puis soudain ... j'ai compris vers où on allait.
J'aurais pu le voir plus tôt sans doute, ou pas ? Plutôt comme la mère biologique, ou comme la maman ?
Peut-être je lis trop vite ?
Et j'ai été scotchée jusqu'à la fin. Je l’ai d’ailleurs lu en moins d'une journée et terminé quasiment en apnée, tant il me paraissait impossible d’abandonner Romane sans savoir.

Ça n'arrive pas qu'aux autres, ça n'arrive pas que dans les milieux "défavorisés"...

J'ai été aussi souvent émue par cette lecture, et particulièrement par le moment où Romane, dans une toute jeune vie de couple, retourne seule pour quelques jours chez ses parents. Est-ce parce que ça remue pas mal de souvenirs, ou parce que tout ne va pas tarder à basculer ?

J'ai aussi découvert ici avec intérêt le phénomène Urbex, dont j’avoue que j’ignorais tout. (Et curieusement, le soir de ma lecture, un reportage sur le sujet à la télé !).

Après La Proie, et Fraternidad, encore un Exprim' qu'on n'oubliera pas de sitôt.

Extraits :

Elle ne les a pas vus depuis la fin de l'été. En montant dans le train, elle trépigne littéralement ! Retrouver les bons rituels, le petit-déjeuner prêt sur la table de la cuisine quand elle se lève, alors que ses parents [...] C'est sûr, elle en a besoin.

***

Des escaliers géants, poussiéreux et magnifiques, des toiles d’araignées à l'état solide, des couloirs sombres et des murs rongés par l'humidité, à moitié écroulés. Mais un souvenir du faste, encore,  derrière la ruine.




Éditeur : Sarbacane (4/09/2019) NOUVEAUTÉ
Collection Exprim' ; 256 pages ; 16.00 € (Format EPUB : 12.99 €)
Résumé Babelio

Mes autres chroniques de Séverine Vidal :
Huit saisons et des poussières
Quelqu’un qu'on aime
La drôle d'évasion
La drôle d'expédition
Il était 2 fois dans l'Ouest





lundi 2 septembre 2019

Le journal de Gurty - Tome 6 : Mes bébés dinosaures - Bertrand Santini

Je ne me lasse décidément pas des histoires que nous narre Gurty ! Sixième tome, et je ris toujours autant.
Cette fois, il s'agit d'une histoire vraie ... (ou presque !)

On retrouve avec plaisir, autour de Gurty et Fleur,  une partie des personnages connus, Tête de Fesses, et aussi l'écureuil qui fait hi hi, et Ftéphanie la hérissonne.
Mais chaque tome est si différent qu'on se régale toujours autant.
Ici, nous allons rencontrer notamment un rat, qui va prendre beaucoup d’importance.. Et peut-être des dinosaures, et des extraterrestres ?

À partir de faits réels, les oeufs de dinosaures découverts dans la montagne Sainte Victoire, Gurty nous conte une aventure, drôle, loufoque, et tendre parfois.

Un bel exercice de langage aussi. Je pense que je vais lire à notre club de CM (fans absolus de Gurty) les passages en langue Ftéphanienne, ça va être sportif !!

Ce tome sera certainement mon préféré, la Sainte Victoire ayant accompagné toute ma jeunesse (je la voyais de ma fenêtre chez mes parents). Et c'est une belle ode aux parfums et à la découverte de cette montagne si magique.

Quant à la couverture, j'ai franchement craqué pour ces Gurtynosaures !! Et à l'intérieur, vous trouverez aussi des Ftéphaniratopfs et des Jeanjakodzillas ...

Bon, il faut que je vous laisse, mes petits-enfants, quel que soit l'âge, attendent avec grande impatience de retrouver Mlle Gurty.

Extraits :

Mais tout à coup, je me suis souvenue que Madame Caboufigues prenait tout le temps ses enfants dans ses bras pour leur faire des bisous de partout, comme si c'était des brioches, en disant : "Oh, qu'ils sont beaux mes petits, mon Dieu qu'ils sont beaux", alors que c'est pas vrai.
À Paris, mon Gaspard a plein d'amis qui ont des enfants cruels et moches qui font pourtant la fierté de leurs parents.
Ce soir, je venais de comprendre quelque chose d'important : les mamans ne voient jamais les défauts de leurs enfants.

***
- Mais RÉFLÉCHIS UN PEU, j'ai crié. Tu vois bien que c'est l'écureuil qui fait hi hi !
- Réfléchis donc un peu toi-même ! elle m'a répondu. Si c'était l'écureuil, il n'aurait pas besoin de se déguiser en écureuil pour passer incognito !





Tome 1 : Vacances en Provence
Tome 2 : Parée pour l'hiver
Tome 3 : Marrons à gogo
Tome 4 : Printemps de chien
Tome 5 : Vacances chez Tête de Fesses

Textes et dessins de Gurty, sous le pseudonyme de Bertrand Santini
Editions Sarbacane 4/09/2019 NOUVEAUTÉ
Collection Pépix - 176 pages - 10.90 € - dès 7 ans
Résumé Babelio

Paul Cézanne - La Sainte Victoire et Payannet (hameau de Gardanne)


mercredi 28 août 2019

1 million de vues - Jeremy Behm

Waouh, quel roman époustouflant !
J'avoue que j'ai hésité à le demander (Merci Nancy !) puis hésité à le commencer. Et même une fois commencé, je me suis dit que ce n'était pas forcément un livre pour moi, très ado, un monde de Youtubers qui m'est totalement étranger. (En plus, je déteste en général regarder de vidéos, donc tout ça est très loin de moi).
Et puis, j'ai lu quelques chapitres (ils sont courts !) et j'ai été totalement happée par l’histoire, je n’aurais plus quitté ces jeunes gens pour rien au monde !
Tous différents, mais tous des enfants paumés dans un monde trop dur pour eux.
Il y a bien sûr ces jeunes qui vivent dans ces campements de pauvres bungalows, sans avenir, l'Amérique de la misère. Mais pas uniquement. La jolie poupée que les parents exhibent à plaisir sans s'intéresser pour autant à elle. Le garçon qui se demande si seulement sa famille sait qu'il existe ou presque.
Chacun a ses raisons profondes de vouloir se faire remarquer, pour se sortir de sa situation presque sans issue.
Que quelqu'un d'assez puissant se joue de leur mal être et de leur volonté, et le drame couve très vite.

Cependant, tout n'est pas noir dans cette histoire, ça ne saute pas aux yeux dès le début, mais il y a un bel amour maternel et filial, et une belle amitié aussi.

On s'attache à quelques personnages, tandis qu'on a plaisir à détester beaucoup d'autres.

Après la présentation des différents personnages, on  va voir l’escalade pour parvenir à avoir plus de vues que les autres, puisque tel est le sujet. Et ça fait vraiment très peur.
Mais l'histoire ne s'arrête pas là, et on va ensuite aller de rebondissement en rebondissement.

Sans vouloir trop en dévoiler, (ne divulgâchons pas !!!) j'ai un peu regretté sur la fin, d'une part que le sort réservé à l'instigateur de tout ça soit presque trop "gentil" à mes yeux. Et à la toute fin, je trouve que Connor, après tout ce qu'il a fait voir sa mère, pourrait un peu penser à elle avant de réagir comme il le fait.
Mais ce sont deux points de détail, et pour le reste, j'ai vraiment été emportée par cette spirale de folie.
L’auteur, que je ne connaissais pas, (et pourtant, quand on me le présente comme "le petit-fils de ..." ça ne me donne pas trop envie d'aller plus loin !!) a su nous plonger dans le quotidien de ces jeunes gens. Se battre pour être non pas le meilleur, mais le "plus vu". Et pour cela, aller largement au-delà des limites du raisonnable, au-delà de ses propres possibilités, ne même plus être en mesure de réfléchir.

Je précise pour ceux qui me suivent (non je ne compte pas mes followers ;-)  ) parce que mes lectures sont plutôt "light" que ça se lit très bien, rien d'horrible dans les descriptions, même si le thème est dur et les expériences ahurissantes, pas de quoi faire des cauchemars.
J'ai l'impression d’avoir oublié de dire plein de choses importantes !
Qu'il y a plein de musique et de poésie dans ces pages.
Que j'ai apprécié entre autre retrouver ce qui pour moi est vraiment l'Amérique profonde, ces familles qui vivent dans des caravanes, dans la promiscuité de ces campings qui n'ont rien de vacances.
Et plein d'autres éléments importants. Lisez-le, c'est plus sûr !!

À la fois roman intimiste et suspens haletant, un livre que vous n’oublierez pas de sitôt !

Extraits: 

Ouh là ! Une heure du matin ??? C'est dingue comme les aiguilles de l'horloge tournaient vite quand on ne foutait rien.

***
Ce qui est sûr, en tout cas, c'est qu'il y a vingt ans, jamais un milliardaire xénophobe n'aurait été élu à la tête de la première puissance mondiale.

***
C'était le problème, avec Facebook, Twitter et toutes ces conneries ; on devenait incontinents, incapables de s'empêcher de raconter son existence dans les moindres détails.

***
Ce gamin avait une joie de vivre qui  ne manquait pas de la sidérer à chaque fois.
Est-ce qu'il y avait un moment où ça passait ? Où on arrêtait de voir le monde avec les yeux de l'enfance pour se rendre compte de ce qu'il était vraiment ?

Éditeur : Syros (29 août 2019) NOUVEAUTÉ
Hors-Série ; 492 pages ; 17.95 €
Résumé Babelio



dimanche 25 août 2019

Bergères guerrières - Tomes 1 et 2 (B.D.)

Une BD que je n'aurais certainement pas lue si je ne l'avais emprunté à la demande de mes (petits-) enfants. Suite à la présentation dans l'excellent blog SuperChouette, dont je me sers beaucoup aussi.

J'ai toujours un peu de mal à la lecture des BD (à part les très très classiques), je ne regarde pas assez les illustrations pour suivre correctement l’histoire en général !!

Mais cette série en vaut la peine.
Un thème assez original : un monde où les hommes sont partis il y a 10 ans, à la guerre. Plus de nouvelles, ignorance totale de ce qu'ils sont devenus. Ne restent donc que les filles, les femmes, et les jeunes garçons.
Un monde de magie et de sorciers, mais aussi pas mal d'humour, puisque les montures des valeureuses guerrières sont des boucs.
Un amusant renversement de situation : Liam, le jeune ami de Molly, voudrait bien défendre lui aussi son village. Mais il est d'abord refusé dans la troupe, puisqu'il est un garçon. Et monté sur un superbe et adorable chien.
Les illustrations sont très belles. A la fois précise et souvent poétiques, visages expressifs.
De l'aventure, de l'amitié, pas trop de guerre malgré le titre, du suspens.

Dommage qu'il n'y ait pas de vraie fin à chaque tome, et comme le 3 va se faire attendre jusqu'en septembre ...

Extraits :

- Le plus dangereux n'est pas le pouvoir, mais celui qui le contrôle.








Tome 1 : La relève (juin 2017)
Tome 2 : La menace (septembre 2018)
Scénario : Jonathan Garnier
Dessin : Amélie Fléchais
Éditeur : Glénat
Format : 24 x 32 cm ; 72 pages ; 14.95 € chaque volume.
Tome 3  : parution prévue le 25/09/2019
Résumé Babelio tome 1
Résumé Babelio tome 2

jeudi 22 août 2019

Drame à Bouteville - Marie-Bernadette Dupuy

Voici la 4e enquête de Maud Delage, et la dernière de ce volume.
Cette fois, on est toujours l'été 1997, comme le précédent roman.
Originale par son thème et par sa conclusion, cette enquête est la première où Maud va commencer à découvrir ses dons extrasensoriels. Il en était question dans "Maud sur les chemins de l'étrange" que j'ai lu avant, mais qui se situe plus tard.
Ici, ce n'est qu'anecdotique, ça ne sert pas à grand chose dans l’histoire.

Un village de campagne, un beau mariage qui s'annonce entre enfants de viticulteurs.
Et soudain, ça dérape ...
Xavier est d'abord appelé en ami, pour aider la famille, mais bien vite, une véritable enquête va s'ouvrir.
Ici, pas de meurtres multiples, de courses contre la montre pour découvrir le coupable avant la prochaine victime.
Juste une enquête qui s'annonce simple par les personnes impliquées, mais complexe, car si les suspects sont identifiés, les preuves manquent.

En plus de la pointe de paranormal, dans cet épisode, Maud s'est fait une amie, bretonne comme elle.
Qui sert à agrémenter le début du récit (une deuxième jolie fille) mais c'est tout, elle ne servira plus à grand chose, même pas une petite idylle avec Xavier !!

Je reconnais que je l'ai lu en rien de temps, toujours envie d'en savoir plus. Mais malgré mon goût pour les lectures romantiques et romanesques, les histoires d'amour de Maud, intercalées dans ses enquêtes, m'ennuient un peu.

Une enquête pas désagréable, je pense que je ne devrais pas lire ces romans à la suite, même s'ils sont dans un seul volume. C'est une bonne distraction, mais point trop n'en faut ! J’aurais sans doute été plus positive en les lisant séparément.
Je vais attendre un peu pour enchaîner sur le deuxième volume ! (ou pas, c'est quand même tentant !!)

Extrait :

Soudain, d'un vol lourd, avec un bruit de papier froissé, une chouette passa au-dessus d'elle. Cette forme blanche, surgie d'on ne sait quel coin de charpente, comme un esprit venu de l'au-delà, fit sursauter Maud, qui la suivit des yeux jusqu'à ce qu’elle disparaisse par une fenêtre béant sur le vide.

Les enquêtes de Maud Delage
Recueil Tome 1
4e roman - 142 pages
Éditeur : France-Loisirs 12/2012
Résumé Babelio (Attention, le résumé dévoile pas mal d'éléments, personnellement, j'ai évité d'en parler, un roman policier se découvre au fil des pages !!!)

mercredi 21 août 2019

Ce qui fait battre nos coeurs - Florence Hinckel

Un sujet extrêmement intéressant, et qui pose beaucoup de (bonnes) questions.

Un roman à plusieurs voix, à la fois aventure, suspens, angoisse, amitié (ou pas !), dystopie, et questions sur un futur qu'on sent tout proche.

J'ai eu au départ un peu de mal à y entrer, car je l'ai hélas lu à un moment d’autant plus difficile pour moi qu'il faisait écho curieusement à notre actuelle situation ; mais très vite, je n'ai plus pu le lâcher, et il m'a beaucoup fait réfléchir, tout en étant d'une lecture prenante.

2030. La petite soeur d'Esteban vit avec un coeur artificiel. Mais hélas, leurs moyens financiers ne permettent de lui offrir qu'un coeur bas de gamme, le coeur niveau "sécurité sociale". Et même si on leur assure que c'est bien suffisant, après une alerte de trop, Esteban ne trouve plus d’autre solution pour aider sa soeur que d’enlever Leïla, connue parce qu'elle est quasiment toute artificielle, une maladie la privant de ses organes naturels.
Et le voilà en cavale, avec Leïla et deux autres jeunes gens sur lesquels ils ne comptaient pas forcément, et qui ne sont pas n’importe qui.
Il veut, avant de relâcher ses otages, obtenir l'assurance d'un coeur de qualité pour sa soeur, mais ce n'est pas si évident.
Le voilà devenu célèbre, on se passionne pour sa cavale, beaucoup le soutiennent, mais rien n'est simple.
Et la tension monte au fil des pages. jusqu'à un dénouement impressionnant.

J'ai aimé ce roman, moi qui lit difficilement la science-fiction, au-delà de ses questionnements, aussi parce que c'est une très belle histoire avec des situations et des personnages très proches de nous, des adolescents, des amitiés et des inimitiés, un dangereux road-trip sous l'oeil des médias. Ce serait presque la vie de jeunes d'aujourd'hui ; avec un petit quelque chose en plus.

Et avec ces personnages auxquels on s'attache rapidement, Florence Hinckel continue à nous faire découvrir ce que pourrait être le futur proche. Des romans chaleureux, passionnants, tout en nuances, et qui posent des cas de conscience. Car ici, même si on est forcément du côté de ceux qui défendent les plus pauvres, difficile de trancher sur les questions profondes, Intelligence Artificielle, réparer ou augmenter, jusqu'où peut-on aller pour se maintenir en bonne santé ...

On ressort de là un peu "sonné". Quel avenir va-t-on laisser à nos (petits)-enfants ?

Un roman indispensable, facile et agréable à lire, mais qu'on n'oubliera pas de sitôt tant il nous remue et nous met au coeur du problème.
De coeur d'ailleurs, il en est beaucoup question : non seulement de celui espéré pour Sofia, mais aussi de toutes les expressions autour du mot Coeur.

Qui l'a aimé aussi :
L'atelier de Ramettes

Extraits :

- Mais tu fais comment pour t'évader, t'émouvoir, faire battre ton coeur, tout ça ?
[...]
- La littérature, t'as déjà entendu parler ? L'évasion par la lecture, ça ne te dit rien ? Je lis des romans.

***
Une émotion ne peut pas être transmise, elle ne peut qu'être vécue pour être apprise et comprise.

Éditeur : Syros (22/08/2019) NOUVEAUTÉ
Dès 12 ans ; 480 pages ; 17.95 €
Résumé Babelio

De Florence Hinckel, j'avais déjà lu :
U4 Yannis
Et dans l'excellente collection Soon pour découvrir la SF :
Traces
Mémoire en mi

Dans un genre tout à fait différent, elle a aussi écrit les aventures du Chat Pitre !






mardi 20 août 2019

Fraternidad - Thibault Vermot

Un roman de cape et d'épée terriblement actuel !!
J'allais écrire : waouh, quel roman, mais j'ai eu pas mal de "lectures waouh" ces derniers temps !!!
Celui-ci ne sera pas forcément parmi mes plus gros coups de coeur, mais un roman marquant certainement, et pas uniquement à cause de ses six cents pages.

Roman de cape et d'épée au sens propre du terme ! Il y a des capes, des épées en action, des chevauchées et même presque un repas fin dans un château ; des vers et de la prose.
Mais aussi roman très actuel, à la fois par son contexte, dangers d’Internet, harcèlement scolaire, les chevauchées sont aussi en quad et on croise des tankers dans la Manche.
Et même un brin de dystopie, ou juste de triste anticipation ?
Des 3 mousquetaires à Barbe-Bleue, en passant par le 21e siècle dans le Devon, et à Paris, où on va craindre l'écroulement d'un monument emblématique, pas forcément celui auquel on pense.

Il y aurait tellement à dire sur ce roman foisonnant et étonnant, peut-être vaut-il mieux ne rien en dire, car on ne peut tout dévoiler, mais parler de certaines parties serait le dénaturer totalement.
On ne sait jamais où l’auteur va nous amener.
C'est très rare de ne pas deviner à mesure de mes lectures vers où elles vont m'emmener (pas forcément la clé de l'énigme ou la fin, mais de quoi on va parler). Ici presque tout est totalement inattendu.
Et vous pouvez lire la 4e de couv' pour une fois, elle ne vous parle que du début.
Contrairement à mes habitudes, je m'y suis référée plusieurs fois, juste pour relire "DEVON DU SUD ANGLETERRE 2019" car par moments, je ne savais plus quand on en était !

J'ai trouvé certains passages un peu longs, j'aurais apprécié un peu plus de concisions dans les moments surtout où ils essaient de s'échapper, de s'en sortir.
Mais à part cela, une lecture qui m'a happée d'un bout à l'autre.

Et j'allais oublier de parler de la superbe couverture, lettres et dessins rouge éclatant, presque rien et tout y est !

Un roman qui fera date certainement, par son originalité, les sujets traités, et l'écriture et le superbe vocabulaire bien sûr.

Je n'avais rien lu de l'auteur, et j'ai hésité, le thriller sanglant et tout ce qui fait trop peur, ce n'est pas ma tasse de thé !! Mais même si quelques passages ne sont pas réjouissants, rien que j'ai regretté d'avoir lu !!
Cette Fraternidad, vous n'avez pas fini d'en entendre parler !

Si vous voulez en savoir un peu plus, allez voir l'excellente chronique de La tête en Claire qui en parle beaucoup mieux que moi.
L'éternel Ado l'a lu aussi.

Extraits : 

pour plaire souvent il fallait devenir con, et ça, il ne supportait pas le début de cette idée.

***
Mais la calomnie, Ed Perry, est plus mortelle qu'une bande de marauds armés de bâtons.

***
- Le jihad... J'aimerais bien rendre le monde meilleur, mais je n'ai pas besoin d'un dieu pour justifier le vol ou le meurtre. D'un autre côté, je les comprends : ils partent parce qu'ils croient qu'ils vont fonder un royaume au milieu du sable. T’imagines ? Un royaume dans le désert... Un endroit rien qu'à eux, jouer aux chevaliers... Sûr que ça les fait plus rêver que devenir plombier ou caissière.

***
- Péronnelle casuiste !
- Godelureau pédant !
- Ce café est fort bon en attendant.

Éditeur : Sarbacane (21/08/2019) NOUVEAUTÉ
Collection Exprim' ; 624 pages ; 18.00 € (Format EPUB : 12.99 €)
Résumé Babelio








lundi 19 août 2019

La Société des Pépés à Adopter - Émilie Chazerand - Joëlle Dreidemy

Encore un génial Pépix, tout à fait dans la lignée de cette collection.
Farfelu, un brin déjanté, très drôle, et finalement avec pas mal de réflexion !

Sérieuse Dauphin (oui, oui, c'est son nom) est fille unique, de parents qui veulent le meilleur pour elle. Ils lui offrent donc tout ce qui est possible, du carrousel aux licornes, sauf ce dont elle aurait besoin : leur présence.
Sur cette trame assez fréquente en roman enfant, on part sur une histoire un peu (beaucoup) dingue et irrésistible.
Car elle découvre qu'il existe des grands-pères, ce qu’elle ignorait (!) et donc, c'est précisément ce qu'elle veut. D’autant qu'une présence auprès d'elle lui est plus utile qu'un objet de plus.

Une fois de plus, ses parents vont devoir céder. Mais entre le grand-père idéal côté parents, et celui qui l'attire irrésistiblement, il y a une certaine (grande) différence. Et celui qu’elle déniche n'est pas en reste d'originalité un peu fofolle.

Etant moi-même une mémé, avec un pépé en encore plus mauvais état, j'ai trouvé le trait, aussi bien texte que dessins,  un peu raide à certain moment !
Mais j'ai ri sans retenue d'un bout à l'autre.
Par exemple quand Sérieuse demande avec insistance ce pépé dont elle rêve, le dialogue avec ses parents laisserait penser (si on n'avait pas suivi, qu'elle demande un chat ou un chien, vu les réponses.
Un bon vrai Pépix comme on les adore.

On retrouve ici l'illustratrice de L'Ogre à poils et de Perséphone au téléphone avec des personnages toujours aussi expressifs, et moches à souhait comme il se doit pour l'histoire !

Et n'oublions pas que le père de Sérieuse a inventé la cravate-jambon !!

Décidément, les Pépix, c'est que du bonheur de lecture !

Extraits :

Vois-tu, un grand-père a besoin de soins particuliers. Il faut le sortir régulièrement, jouer avec lui, le stimuler.
- Je suis très stimulante !

***

- Oh, et hors de question qu'il ait du poil qui dépasse de son nez ou de ses oreilles ! C'est peut-être un détail pour vous, mais pour nous ça veut dire beaucoup. [Et voilà, j'ai la musique dans l'oreille !!]

***
"Un seul être s'ajoute et tout est encombré"


Autrice : Émilie Chazerand
Illustratrice : Joëlle Dreidemy
Éditeur : Sarbacane - 21 août 2019 - NOUVEAUTÉ
Collection Pépix - dès 8 ans - 192 pages - 10.90 €