lundi 12 mars 2018

De cape & de mots - Flore Vesco

Comment ai-je pu passer si longtemps à côté d'une telle pépite ?
Un roman jeunesse fascinant, absolument jubilatoire, certainement mon coup de coeur de l'année.

Une cour royale imaginaire, mais qui pourrait être bien réelle, avec ses courtisans et ses défauts, une jeune fille extraordinaire qui va remuer tout ça.
Serine arrive à la cour, sans aucun enthousiasme, mais bien décidée à se débrouiller, car elle s'est promis de parvenir à mettre ses petits frères à l'abri du besoin.
Audacieuse, parfois irréfléchie, elle parvient à se sortir de toutes les situations délicates, se faisant autant d'ennemis (puissants) que d'amis (nombreux mais peu influents). Mais lorsqu'elle est accusée de régicide, ça se gâte vraiment.

Un résumé ne peut rendre compte de l’extraordinaire plaisir de lecture de ce roman.
On joue sans cesse sur les mots, mais sans que ça gêne l'intrigue, bien au contraire, ça y ajoute beaucoup. Un vrai régal.
Qu'un auteur arrive à me faire rire en parlant torture et bourreau, je n’aurais jamais cru cela possible.
Une aventure époustouflante.



Difficile d'exprimer tout le plaisir de cette lecture, et les titres de chapitre eux-mêmes sont un régal, des mots rares, des mots précieux, des mots inventés. Et tous expliqués à la fin.

En riant et en s'amusant, on va aussi découvrir que les mots sont des armes redoutables.

Bref, un véritable régal, auquel je ne reprocherai que deux choses :
D'abord, d'être trop vite terminé, vu que je n'ai pas réussi à le lâcher.
Et d'être un peu compliqué à caser en bibliothèque. Et oui, nous avons des cases, et ce roman ne me parait pas tout à fait adapté à nos petits lecteurs du primaire, sans être pour autant un roman ado.
Plutôt à partir de 12 ans que de 10 à mon avis, bien que ça dépende évidemment de chacun.

Extraits :

En regardant autour d'elle, elle fut touchée de constater que le ménage avait été fait partout dans la prison [...] Les rats qui vous frôlaient les chevilles avaient été shampouinés et portaient chacun un ruban de couleur vive autour du cou.

***
Avec la vivacité d'une étoile de mer, la princesse de Rousserolle se mit à réfléchir. C'était un exercice nouveau pour elle.

***
il lui causait, par sa mort, toutes sortes de tracas (on allait sans doute lui couper la tête, sans parler du savon que lui passerait sa mère)

***
Les yeux brillants et les oreilles en avant, les enfants écoutaient l’histoire avec d’autant plus d’émerveillement qu’aucun d’eux ne savait lire. Les précepteurs coûtaient cher, et une fois payées les leçons de maintien et de danse pour Serine, il était resté tout juste de quoi l’habiller pour son entrée dans le monde.
Et qui, face à une jeune fille aux manières gracieuses et à la mise seyante, irait s’enquérir de son orthographe ?

***
La reine porterait sa coiffure la plus époustouflante : on avait accroché dans ses cheveux des petites bulles de gaze dans lesquelles frémissaient des lucioles. De loin elle semblait parée d'étoiles (malheureusement, l'effet était de courte durée: les bestioles étouffaient rapidement et à la fin de la journée, Sa Majesté avait la tête couverte d'insectes morts.)

Didier Jeunesse 2015 - 182 pages
Résumé Babelio
Prix Dimoitou 2015
Prix Saint-Exupéry 2015
Sélection Pépites du SLPJ 2015
Prix Les Etoiles du Parisien
Prix des collégiens de l'Hérault 6e/5e
Coup de coeur des collégiens d'Asnières 2016



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire