jeudi 11 janvier 2018

Simon Thorn et le sceptre du Roi animal (T1) - Aimée Carter

Quand Simon découvre qu'il peut parler aux animaux, et qu'il comprend aussi ce qu'ils disent, ça pourrait être une bonne nouvelle au milieu d'une vie assez pourrie, Une mère sans cesse absente (pour son travail ?) un collège où il est  pris pour cible à cause de ses différences, moqué, tapé, le souffre-douleur de toute une bande, et où même son meilleur copain fait cette année alliance avec ses ennemis.
L'oncle qui l'élève est bienveillant et fait tout pour l'aider, mais ça ne suffit pas.

Sauf que tout son monde, désagréable mais assez commun va brusquement basculer quand peu à peu il comprend qu'il n'est pas seul  de son genre, à communiquer avec les animaux. Et qu'il fait partie d'un monde à part, où la vie n'est pas plus simple, et où il va courir de grands dangers.

Dès la première page, j'ai accroché à ce récit : un garçon un peu banal, qui angoisse à l'idée de la rentrée au collège car on se moque de lui, mais un garçon qui parle aux animaux et comprend leur langage.
Une aventure qui se déroule à New York, et malgré le côté fantastique, j'ai aimé retrouver des lieux existants, Central Park, le Zoo etc ...
Cette famille atypique, uniquement constituée de son oncle, et de sa mère  toujours absente, va soudain se trouver beaucoup plus nombreuse, mais pas forcément plus aimante.
Découvrir qu'on est un Animalgame, et que bientôt, on va sans doute pouvoir se transformer en animal à son gré, ça semble bien plaisant.
Découvrir qu'une partie de la famille espère vous voir disparaître, voire s'en occuper, c'est déjà moins agréable.
Et quand il s'avère qu'il est plus que difficile de savoir à qui on peut faire confiance, et de qui on doit se méfier, ça devient carrément très dangereux.



Je n'ai pas une grande habitude du fantastique et de la fantasy, donc je manque un peu de références dans ce domaine. Mais j'ai voulu  tenter parce que le thème me paraissait intéressant, et je ne regrette pas.
Même si j'ai trouvé parfois Simon un peu agaçant,  à toujours faire ce qu'il ne devrait pas et choisir la mauvaise option (enfin, la situation est tout de même parfois un peu compliquée, donc est-ce vraiment la mauvaise ?)
Même si je suis arachnophobe et pas fan des serpents, et certains passages m'ont donné quelques frissons (quoique tout soit bien lisible même dans ce cas, pas de détails très perturbants.)
J'ai particulièrement aimé le personnage de Jam, le dauphin. Et l'amitié existant entre Simon et la petite souris Felix éclaire tout le roman.

Une aventure originale, beaucoup de suspens, des personnages intéressants, assez complexes, parfois très attachants.
Vivement la suite (dont on attendra la traduction encore trois mois semble-t-il.)
Et j’allais oublier de dire que c'est un beau livre. Une couverture très attrayante, qui contient pas mal d'éléments qu'on découvrira peu à peu.
Et un texte que je trouve très agréable à l'oeil et à la lecture.

La chronique de Ramettes

Extraits :

- Je vois que tu n'as pas écouté mon avertissement Simon Thorn.
Simon se retourna. Perché sur une branche au-dessus de lui se trouvait l'aigle royal qu'il avait croisé à sa fenêtre.

***
Des rats, des centaines et des centaines de rats, envahirent le couloir et se déversèrent dans l'appartement, les cernant tous les trois.

***
On ne peut pas contrôler ce que les autres pensent de nous, mais il n'y a que nous pour décider qui nous sommes.


Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Cyril Laumonier
Titre original : Simon Thorn and the Wolf’s Den (2016)
Illustration de couverture : David Gilson
Editions Michel Lafon NOUVEAUTÉ
Parution 11 janvier 2018 (aujourd’hui !!)
Résumé Babelio

1 commentaire:

  1. Moi je ne lai pas trouvé agaçant. Son côté bien intentionné qui lui fait poser les mauvaises question et son côté je vais aider les gens alors qu'ils ne me demande rien c'est tellement spontanée. J'ai pris grand plaisir...

    RépondreSupprimer