samedi 1 avril 2017

Pauline Demoiselle des grands magasins - Gwenaële Barussaud

Série : Les lumières de Paris
Fleurus 2015
327 pages
Résumé Babelio

Voici le genre de livre que je lis avec plaisir, une  récréation, un peu comme une friandise.
C'est sympathique, ça se lit facilement, on sait qu'il ne devrait pas y avoir d'épisodes trop horribles (ce que je trouve reposant !)

Bien entendu, il y a un petit côté "Au bonheur des Dames", mais pas que ça.
(N'empêche qu'il va falloir que je relise le Zola, il y a tellement longtemps que je ne l'ai pas relu, je ne me souviens pas de grand chose à part le thème, et que c’était le seul Zola que j'ai vraiment apprécié, parce que plus léger).

1866. On se promène dans le Paris du Baron Haussmann, ses grands travaux. On se régale avec les acheteuses qui découvrent un magasin totalement innovant : prix fixes, vitrines, accueil, vente par correspondance ...
Mais aussi on vibre aux aventures de Pauline, on s'inquiète pour elle. On l'admire pour son dynamisme, sa gentillesse, sa volonté d'aider sa petite soeur mais aussi par exemple le jeune garçon rencontré. On applaudit à ses idées géniales, et on tremble quand elle croise le chemin de quelques méchantes personnes  !

Bref, une vraie lecture détente et plaisir pour moi. Avec un beau côté historique aussi.



Un seul reproche :  je l'ai lu trop vite, forcément, et difficile de passer à autre chose ensuite, on aimerait être dans une saga, j'ai eu du  mal à quitter Pauline et ses amis !
Si je ne me trompe, il n'y pas vraiment de suite, mais un autre volume qui narre les aventures de son amie Juliette, la jeune lyonnaise qui préfère créer les robes que les vendre.
Et un autre autour de Lucille, sa soeur cadette dont on parle étonnamment peu dans ce tome.

J’espère bien les lire très rapidement.

Je ne comprends pas pourquoi aucune bibliothèque du secteur (comm d'agglo qui compte quand même 14 médiathèques) n'a acheté cette série !


Extraits :

- Ce sera parfait, assura Pauline, qui se réjouissait de disposer, pour la première fois de sa vie, de sa propre chambre.
- Le règlement est très strict, expliqua la seconde. Pas de nourriture, cela attirerait les rongeurs. Pas de lumière, vous risqueriez de mettre le feu à tout le bâtiment. Et surtout, aucun invité !
- Pas même la famille ? demanda Pauline qui s'imaginait déjà présenter son nouveau logis à ses soeurs.
- Surtout pas ! se récria la seconde. Il est également interdit d’accueillir l'une des demoiselles logée ici. Les conversations ont lieu dans le couloir et sont proscrites à l'intérieur des chambres.

***

Comme il était entendu qu'une dame de condition ne pouvait point paraître dans la rue les bras chargés de paquets, le directeur de l’Élégance parisienne avait inventé un système de livraison à domicile. 




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire