mardi 6 septembre 2016

Le garçon de l'intérieur - Benoît Séverac

"Suite" de Silence

Rat noir Syros 2013 - 203 pages

J'ai rarement été aussi surprise par un tome 2 !



A vrai dire, ce n'est pas une série, mais juste un roman où l'on retrouve le héros de Silence, neuf mois après l'accident qui l'avait rendu sourd.
Comme je  l'avais écrit dans ma chronique en février, j'avais été vraiment scotchée par ce roman, j'ai donc tenu lire la suite. Sans regarder la 4e de couverture, selon mon habitude.
Je m'attendais, logiquement, à un livre dans le même style que le premier, collège, copains, état d'âme de Jules etc ...
Et .... eh bien non, une histoire totalement différente : secrets de famille, période troublée de la fin de la 2e guerre mondiale, épuration, accident mortel, bref, un bon vrai polar !
Avec cependant toujours en filigrane le handicap de Jules, ses débuts d'acceptation, le passage d'une Camille à l'autre.
Et toujours l'écriture extrêmement agréable à lire de Benoît Séverac.

Bref, même si ce volume m'a paru moins "époustouflant" que le premier, je trouve que l’auteur a fort bien réussi à évoluer, nous offrant une histoire qui n'a rien à voir avec la précédente, et le plaisir de voir que Jules continue sa vie, s'adapte même si ce n'est pas toujours facile.
La surdité passe au second plan, mais on en voit quand même les difficultés dans la vie quotidienne.

Et en plus, une superbe découverte de l'Alsace. ses paysages,  ses lieux à voir, son vin.
Je pense que tout ado qui referme ce livre n’oubliera pas ce qu'est le gewurztraminer !! (pour l'orthographe, c'est moins sûr !!)
Je suis plus perplexe sur l’utilisation du verbe "bader" par un jeune Alsacien.
"C'est ça les filles, mon vieux ! Plus tu les bades, plus elles t'en font baver."
Prononcé par le Toulousain, ça ne m’aurait pas étonnée, mais est-ce que ça se dit vraiment, au nord de Lyon ça ?
J'en appelle à mes lecteurs alsaciens, s'il en passe par là svp, vous utilisez le mot bader ?
Dans mon midi natal, pas de problème !

Bon, à part ça, un très chouette petit polar, avec à côté des secrets de famille, une leçon d'histoire intéressante aussi.
Et un beau jeu de mots sur le titre.
Plus sympa à lire si on connait le précédent, mais lisible sans cela.


Ma note 4,5 /5


Extraits :

 Entre les mois de septembre et de décembre, Jules tombe sur une vingtaine d'articles faisant mention du tribunal de la Résistance de Colmar. La façon dont sont relatés les faits montre qu'il n'y avait pas de présomption d'innocence. Les noms des suspects étaient donnés à la vindicte populaire, et leur sort réglé avant le procès. On les traitait de" collabos" ou de "traîtres" , et l'issue du procès ne faisait guère de doute. 

***

"Tous ceux qui ont été punis n'étaient pas des collabos, et tous les collabos n'ont pas été punis. Voilà ce que je dis."

***

L'Alsace ne se dévoile pas facilement, se dit-il. Elle vous accueille aisément et chaleureusement, mais elle ne vous offre que sa surface ; on ne la connaît pas vraiment, au fond.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire