mardi 18 février 2020

La Fille des Deux Mondes - Tome 3 Trois derniers soupirs - C.C.Hunter

Encore un très gros coup de coeur, cette série est décidément un vrai régal.
J'ai un mal fou à quitter Riley, ses amis et sa famille.
Ce tome est totalement la suite des précédents, tout en se renouvelant.
Comme à son habitude, Riley doit composer avec un père alcoolique, une mère disparue, un amour avec ou sans espoir, et surtout des fantômes, pas tous bienveillants, mais qui ont certainement besoin d'elle, et des personnes bien vivantes encore plus dangereuses. Heureusement, elle peut aussi compter sur quelques amis, et même une grand-mère de l’autre monde qui lui donne quelques sérieux coups de main.
Au milieu de tout ça, la vie d'une ado, déjà pas si simple en temps normal.

Mais au delà des événements qui se succèdent et nous obligent à dévorer les pages, c'est l'empathie envers les personnages, l'écriture prenante qui font qu'on se sent tellement bien à Catwalk.

L'autrice sait mener tout cela de front sans qu'on n'ait l’impression de passer d'un sujet à l'autre, et sans nous perdre à aucun moment
Et toutes les questions qu'on pouvait se poser avec les autres tomes sont ici résolues, elle ne laisse rien en suspens. Ce qui est vraiment plaisant si on considère que la trilogie se termine. Mais j’espère tout de même que l'on retrouvera Riley et son entourage dans d'autres tomes, j'ai eu tellement de mal à les quitter !

En attendant, je vais essayer de lire sa série Nés à minuit, mais apparemment les bibliothèques alentour (et même la bibliothèque départementale de prêt) ne connaissent pas ces deux séries :-/

Extrait :

Tout le monde fait des erreurs, mais il ne faut pas laisser les erreurs du passé définir qui on est.

Traduit de l'anglais (États-Unis) par Laurence Boischot
Titre original : The Mortician's Daughter - Three Heartbeats Away (2019)
Série  : La fille des Deux Mondes Tome 3
Éditeur : Michel Lafon - 06/02/2020  NOUVEAUTÉ
347 pages - 15.95 €
Résumé Babelio

Tome 1 : Un pied dans la tombe
Tome 2 : Deux pieds sous terre



dimanche 16 février 2020

Lilou Ma vie comme sur des roulettes - Yaël Hassan

Joli coup de coeur pour ce très court roman illustré, qui à mon avis peut être lu dès qu'on sait lire, même si l'éditeur le conseille "à partir de 9 ans".
Début d'une série qui promet d'être enthousiasmante. Le titre suivant, Lilou fait son cinéma, est paru en janvier.

Lilou entre en 6e, et c'est toujours un peu impressionnant, après avoir été les "grands" du primaire.
Ses parents sont d'autant plus inquiets pour elle qu’elle est en fauteuil roulant. Même s'il lui semble parfois que c'est elle qui doit les rassurer, elle est tout de même un peu effrayée. Mais pas plus que ses amis.

J'ai tout aimé dans ce roman : le dynamisme et l'allant de Lilou ; la vie du collège tellement vraie, amitiés, inimitiés, méchanceté et gentillesse ; le fait que Lilou se débrouille très bien seule, mais qu'elle a parfois besoin d’aide, et qu’elle aide aussi parfois les autres.
Le club de théâtre permet de ne pas se centrer uniquement sur Lilou et son handicap, et la professeur qui s'en occupe donne envie d'y participer tout de suite !!
Beaucoup d'humour et de tendresse, un joli petit bijou ce roman (oui, je sais, j'aime TOUS les romans de Yaël Hassan, mais ce n'est pas de ma faute s'ils sont tous excellents !!). D'ailleurs, je me suis empressée d'en offrir un à ma petite-fille !

vendredi 14 février 2020

Ma millième chronique !


J'ai ouvert ce blog il y a un peu plus de 4 ans, et j'en suis à ma millième chronique aujourd’hui !!
Je  ne pouvais laisser passer ce nombre sans un petit retour en arrière, même si je préfère en général aller de l'avant.
Ce blog me prend beaucoup de temps, mais il me permet, et c'était mon but, de garder une vraie trace de mes lectures, de ne pas les oublier sitôt lues (pas uniquement parce que je peux me relire, mais parce qu’écrire une chronique, c'est déjà profiter mieux du livre). Il m'a permis d'échanger autour de mes lectures, parfois avec quelques autrices. Il aurait pu me permettre de rencontrer du monde, lecteurs, écrivains, éditeurs mais je ne peux pas me déplacer, donc je ne fais pas partie de la "blogosphère".
Par contre, grâce à ce blog, j'ai reçu, avec les partenariats, un bon nombre de livres que je n'aurais pas pu m'offrir, et j'en suis vraiment reconnaissante aux éditeurs, à leurs contacts, et aussi et surtout à Ramettes, qui m'a parrainée.

mercredi 12 février 2020

Nos passés imparfaits T1 Destins volés - Danielle Rollins

Un voyage à travers le temps vraiment bien conçu et qui donne à réfléchir. Mais facile à lire aussi.
1913,  Seattle. Dorothy est sur le point de se marier, tout est prêt, elle a enfilé la robe mais ... son plan bien prévu pour échapper à ce mariage est en train de tomber à l'eau, et elle s'enfuit sans trop savoir où. Elle croise le chemin d'Ash, et ce qu’elle prend pour un avion. Se cache à l'intérieur, et se retrouve en 2077, dans Seattle inondée, en proie à la violence.
Mais elle y trouve aussi un groupe dans lequel elle s'intègre doucement, elle qui a toujours été seule sans ami.
Ils vont repartir dans le temps, pour essayer d'enrayer les catastrophes, ou pour d'autres raisons.

Nous avons donc des allers retours d'une époque à l'autre, et aussi d'un personnage à l'autre, et j'ai apprécié que chaque chapitre précise clairement date, lieu et personnage. Ce qui rend la lecture facile, bien que non chronologique.
Point intéressant aussi, nous suivons parallèlement le journal d'un scientifique disparu, qui explique la genèse et les raisons de certains projets.

Les voyages dans le temps me fascinent. Pas uniquement parce que j'appartiens à une génération où, enfants, nous pensions que tout serait possible en l'an 2000 (se déplacer en un clin d'oeil notamment, plus de voitures à conduire, elles se guideraient toutes seules sans accident ...). Mais surtout à cause des paradoxes que cela entraîne, le plus simple étant que si je vais dans le passé tuer mon grand-père, je ne naîtrai(s) plus et donc je ne pourrai(s) pas aller le tuer. Les conséquences et l'imbroglio des modifications possibles ne sont pas ici passées sous silence, c'est au contraire ce qui interpelle nos héros.

vendredi 7 février 2020

La grosse grève - Philippe Jalbert

Un album original, empli de personnages de contes connus, mais aux réactions inattendues.
Si je ne suis pas grande fan des contes, tout album qui détourne et joue avec les contes connus m'attire.
Par les temps qui courent, nous avons pensé qu'un album titré "La grosse grève" allait forcément attirer la curiosité du lecteur.
Et au-delà de l'opportunisme sur l 'actualité, on s'amuse bien avec cette lecture.
Un brin répétitif, juste ce qu'il faut.
Textes et illustrations sont tout aussi drôles. Et les slogans sur les pancartes particulièrement.
Et la surprise de voir l'auteur intervenir, en très gros plan, ou du moins, ses mains !

Une bonne pancarte (pardon, une bonne illustration) valant mieux qu'un long discours, je n'en dis pas plus et vous laisse regarder.

jeudi 6 février 2020

La Nativité - Livre et Puzzle (Usborne)

D'accord, ce n'est plus trop de saison ! Mais il est tellement beau ce petit puzzle, et agréable à faire, qu'on peut bien le proposer à tout moment.
La fin d'année a été un peu compliquée pour moi, et je n'ai pas pu vous en parler avant, mais je tiens à vous le présenter.
Contrairement aux coffrets dont j'ai déjà parlé, celui-ci est pour les plus petits :
Un puzzle de 30 grosses pièces (des pièces d'environ 6 / 8 cm X 8 / 10 cm)
un livret de 24 pages avec un joli texte simple sur la Nativité.
Le format est carré, différent des précédents.

Comme d’habitude, je déplore l'absence de modèle qui m'empêche de mettre la note maximale.
Même si les plus petits utilisent moins le modèle, ce serait bien pratique quand même (Et puis, j'aime bien justement les habituer à chercher sur le modèle)

mercredi 5 février 2020

L’épouvantable bibliothécaire - Anne-Gaëlle Balpe

Vous avez aimé L'Abominable écrivain, vous allez adorer celui-ci. Et si vous n'avez pas lu le précédent, aucune importance, ce n'est pas la suite. C'est juste le même duo qui sévit de nouveau, en pire !!!

Suzanne, onze ans (et demi, ne pas oublier !) doit aller passer, bien à contrecoeur, les vacances à la campagne chez sa tante. Et comble d'horreur, sa mère enlève de sa valise la totalité des livres qu’elle était allée chercher à la bibliothèque en prévision de ce mauvais moment à passer ( trois cartes = dix-huit livres, juste de quoi tenir ces deux semaines.). Ne lui laissant qu'un livre pour le train. Le reste du temps, c'est dehors qu'on doit jouer pendant les vacances. Et ça s'annonce mal. Entre une tante qui n'a de temps que pour partager les corvées avec elle, un extraterrestre qui n'en est pas un, et une bibliothèque dans un état inquiétant.
Et soudain tout bascule dans une autre dimension ! La bibliothèque n'est pas juste poussiéreuse, et la bibliothécaire détestant les enfants. Suzanne, qui a réussi entre temps à se faire quelques amis, va y découvrir une machine qui aplatit les êtres vivants, animaux ou humains, au format d'une carpette, un savant qui passe à travers les murs, fantôme ou pas ... ?

Les bonus sont drôles, comme toujours, mais en plus, réellement informatifs, sur les microbes comme sur les moutons ou les bibliothèques !

Un roman pour rire, pour trembler, pour vivre une aventure bien inattendue, pour découvrir le plaisir de la lecture avec Suzanne, et aussi l'amitié, le courage, et pour s’apercevoir qu'on s'enrichit de nos différences. Bref, un Pépix, et parmi les meilleurs, alors qu'ils sont tous bons !

mardi 4 février 2020

Perdus en mer - Cathy Ytak

Un roman de Cathy Ytak, ce n'est jamais anodin.
Même en seulement 40 petites pages, elle parvient nous conter une histoire terriblement émouvante. Car on n'est pas ici dans un roman d'aventures malgré le titre, (même si les plus jeunes pourront le lire ainsi) mais au plus profond de la relation père-fils.
Silas n'aime pas sortir en mer, Silas n'aime pas la pêche, et il a le mal de mer. Pas comme son frère qui embarquera dès la fin du lycée. Silas n’aime rien tant que rester dans le grenier se documenter sur les vieux appareils électriques.
Mais Silas aime son père, et il voudrait tant que celui-ci l'estime. Pas facile vu ses goûts.
Alors tant pis, c'est décidé, il partira en mer avec lui, malgré son essai précédent totalement raté.
Mais le mal de mer ne se commande pas, l'affection non plus.

C'est absolument poignant de voir les efforts de ce garçon pour obtenir l’approbation et un sourire de son père. Car on sait bien que pour se construire, solidement, les enfants ont besoin d'être approuvés, aimés et soutenus. Pas facile ni pour l'un ni pour l’autre quand on est si différents.
Quand ce qui fait tout l'univers et la vie de l'un contrarie l'autre au point de le rendre malade.

Tant de choses dites dans un si court texte. Car il y a aussi la pêche responsable, la solidarité des gens de la mer ...
Mais dont on ressort rasséréné et souriant.

lundi 3 février 2020

Une histoire de magie - Chris Colfer

Encore une lecture qui m'a enthousiasmée !

Je ne sais pas si Chris Colfer est un bon acteur (ce n'est pas mon domaine !) mais comme écrivain, chapeau, je suis épatée. Je n’ai pas encore lu Le Pays des contes, (mais les avis sont si élogieux que j'ai offert deux fois la série). Dans un tout autre registre, j'ai beaucoup aimé Le voyage de nos vies, et j'étais donc très curieuse de découvrir celui-ci, préquel annoncé de la série des Contes.
J'ai trouvé un roman extrêmement abouti, lisible à deux (voire trois) niveaux, bien écrit, palpitant, et sans une minute d'ennui.

En lecture au premier degré, on a une très belle histoire passant de la dystopie au fantastique.
Brystal vit au Royaume du sud, pays gouverné d'une main de fer par Champion XIV, mais surtout par les Justiciers. Un monde terrible, où la peine de mort et la torture sont appliquées arbitrairement de façon plus que courante, et où de plus les filles n'ont absolument aucun droit, si ce n'est étudier pour savoir s’occuper de mari et enfants. Aucun loisir, interdiction de fréquenter les bibliothèques et même de lire.
Elle rêve d'une autre vie que celle de sa mère, celle à laquelle elle est promise, sans bien savoir ce qui pourrait lui arriver de mieux.

dimanche 2 février 2020

Un amour de chat - Melinda Metz

Un feel good, c'est vraiment ce dont j'ai besoin en ce moment. Et un feel good avec un chat, c'est l'idéal !
Mais je ne m'attendais pas à un chat aussi original !
Contrairement à la plupart des chats (du moins en littérature), qui voudrait avoir leur humain(e) pour eux tout seul, MacGyver ne supporte pas l'odeur de solitude de Jane. Il a donc décidé de l'aider à trouver l'âme-soeur, et il s'y emploie énergiquement.
Dommage que :
1. Jane a décidé que ce serait son année à elle, sans homme proche, après plusieurs expériences assez peu réussies.
2. Ses voisines ont, elles, décidé que Jane ne devait absolument plus rester seule. Et elles y mettent au moins autant d'énergie que MacGyver, mais beaucoup moins de finesse.

Ce chat, parfois un peu naïf sur les possibilités de compréhension des humains (surtout au niveau des odeurs) ne se contente pas de tout faire pour amener Jane en couple contre son gré, il a vraiment une âme de "marieuse" ou de Cupidon, et il tente de faire le bonheur d'un maximum d’habitants du lotissement, quel que soit leur âge.

samedi 1 février 2020

Je te plumerai la tête - Claire Mazard

Oh la la ! Je m'attendais à un texte fort, connaissant le style de Claire Mazard pour traiter les sujets délicats. Mais alors là, ça dépasse largement mon attente. Scotchée. Pas moyen de lâcher ce roman avant la fin.

Difficile d'en parler, j'ai laissé décanter longtemps ce que j'a ressenti, mais malgré tout, un résumé ne peut rendre compte de la profondeur et de l'émotion de cette lecture.
Le sujet est connu d'entrée, puisque le livre s'annonce ainsi : "Comment se sortir des griffes du pervers narcissique qui se trouve être votre propre père ? Un thriller psychologique bluffant et nécessaire."

Lilou vit seule avec son père depuis que sa mère est hospitalisée. Un père qu’elle admire et adore.
Ses amis sont habitués à ce qu’elle les abandonne souvent, pour ne pas le délaisser. Une affection qui nous parait peu à peu suspecte, d’autant qu'il la persuade de ne pas aller voir sa mère à l'hôpital, que ce sera mieux pour elles deux.
Peu à peu, on comprend la gravité de la situation.
Lilou mettra plus de temps, forcément. D’autant plus que ce père, elle n'est pas seule à l'admirer. Comme tous les malades de son espèce, il sait se faire passer pour ce qu'il n'est pas, chacun loue son mérite et son abnégation.
Et on tremble à l'idée que Lilou s'en rendra compte trop tard, ou bien, à mesure qu’elle en prend conscience, qu’elle ne va pas pouvoir s'en sortir seule, et que personne ne la croira jusqu’au drame.

vendredi 31 janvier 2020

Le système solaire - Livre et Puzzle (Usborne)

Je ne m'étais pas intéressée à ce puzzle, pensant qu'il serait bien trop difficile pour mes petits (il y a les périodes où on fait des puzzles, et celles où on n'en fait pas, puis ça revient, il faut donc viser l'âge des intéressés !)
Je l'ai reçu "par surprise", et immédiatement, ils ont voulu le faire.
Je dois dire que ça a été beaucoup moins difficile que je ne pensais, ils ont vraiment aimé, tout de suite enthousiasmés par ce ciel et ces planètes.
Un fond noir avec les grandes planètes, et une multitude de petits astéroïdes et autres, je ne voyais pas comment l'aborder.
Ça n'a posé aucun problème aux enfants qui s'y sont mis avec plaisir dès qu'ils l’ont vu. Entre les orbites en pointillés de couleurs différentes, et tous les détails qu'ils trouvent immédiatement, il a fallu guère plus d'une heure pour terminer ce magnifique puzzle à deux (trois avec moi, mais je n'ai pas été d'une grande utilité !!); la grande de 11 ans et le petit de 5 ans se sont autant amusés un que l'autre à reconstituer ce beau ciel, chacun s'y prenant à sa façon pour retrouver les bons  morceaux.